John Boyega accuse Disney de racisme après le sort réservé à son personnage dans « Star Wars »

CINEMA L'acteur a senti que son rôle diminuait au cours de la dernière trilogie

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur John Boyega
L'acteur John Boyega — PictureLux / Starface

John Boyega s’est senti écarté de la franchise Star Wars après ses débuts dans l’Episode VII, Le Réveil de la Force, en 2015. L’interprète de Finn, le Stormtrooper devenu allié de l’héroïne Rey (interprétée par Daisy Ridley), a compris rapidement que le rôle qui lui avait été réservé dans le premier film de la nouvelle trilogie serait beaucoup moins important qu’escompté. Dans l’Episode IX, L’Ascension de Skywalker, son personnage est effectivement passé au second plan. Un choix des scénaristes que la star n’a toujours pas digéré, comme le relate GQ.

« Ce que j’ai envie de dire à Disney, c’est ne sortez pas un personnage noir, que vous allez marketter pour qu’il paraisse plus important qu’il ne l’est vraiment, pour au final le mettre sur le côté. Ce n’est pas bien. Je n’ai pas peur de le dire », a balancé l’acteur dans une interview pour GQ, ajoutant qu’il estimait que tous les acteurs non-blancs de la dernière trilogie (Naomi Ackie, Kelly Marie Tran ou encore Oscar Isaac) avaient subi le même sort.

Tout le monde savait

D’après John Boyega, les autres stars de la franchise seraient d’ailleurs d’accord avec son analyse et sa perception de ce qu’il considère comme un racisme inhérent à la nouvelle trilogie.

« Ils ont donné toute la nuance à Adam Driver, toute la nuance à Daisy Ridley. Soyons honnêtes. Adam le sait, Daisy le sait, tout le monde le sait. Je ne fais aucune grande révélation. Donc qu’est ce que vous voulez que je dise ? Que j’ai adoré en faire partie, que ça a été une excellente expérience ? Non, non et non, je le dirai quand ce sera une bonne expérience. Ça vous change, ça vous met en colère, ça vous rend plus militant, tout ça », a-t-il ajouté. John Boyega s’était fait remarquer pour ses prises de position et ses discours devenus viraux lors des manifestations Black Lives Matter en juin dernier.