Ryan Coogler rend un hommage poignant à Chadwick Boseman

HOMMAGE Le réalisateur de « Black Panther » ignorait tout de la maladie de l’acteur

20 Minutes avec agences

— 

Les acteurs et réalisateurs Ryan Coogler et Chadwick Boseman
Les acteurs et réalisateurs Ryan Coogler et Chadwick Boseman — Avalon / VISUAL Press Agency

Ryan Coogler a été choqué, comme le reste du monde, à l’annonce du décès de Chadwick Boseman, survenu ce vendredi. Le réalisateur de Black Panther ne savait pas que l’acteur de 43 ans souffrait d’un cancer du côlon depuis quatre ans.

« Chad tenait énormément à sa vie privée et je n’étais pas au courant des détails de sa maladie. Après la publication du communiqué de sa famille, je me suis rendu compte qu’il vivait avec la maladie depuis tout le temps où je l’ai connu. Mais comme il était un meneur, un homme de foi et de fierté, il protégeait ses collaborateurs de ses souffrances. Il a vécu une belle vie. Et il a fait du grand art. Jour après jour, année après année. C’était ce qu'il était. Un feu d’artifice épique. Je raconterai les histoires de ses brillantes étincelles jusqu’à mes derniers jours. Il laisse une empreinte incroyable », a écrit Ryan Coogler dans un communiqué publié par le Hollywood Reporter.

Black Panther 2

Par ailleurs, le cinéaste préparait la suite de Black Panther depuis « l’année dernière ». « Cela me brise de savoir que je ne pourrai plus voir à nouveau de gros plans de lui dans mes moniteurs, ni aller le voir pour lui demander de refaire une prise. Cela me fait encore plus mal de savoir que nous ne parlerons plus », a expliqué le cinéaste.

Pour conclure, Ryan Coogler a fait référence aux traditions africaines, que Black Panther a mises à l’honneur : « Dans les cultures africaines, on appelle souvent les proches qui viennent de mourir des ancêtres. Parfois, ils font partie de votre famille, parfois non. J’ai eu le privilège de diriger des scènes du personnage de Chad, T’Challa, communiquant avec les ancêtres du Wakanda. (…) J’étais persuadé qu’il continuerait à vivre mais c’est avec le cœur lourd et une profonde gratitude de l’avoir connu, que je dois me faire à l’idée que Chad est maintenant un ancêtre. Et je sais qu’il nous regarde et que nous nous retrouverons un jour. »