Pour Michael Douglas, il est impossible de faire comme si les violences policières n'existaient pas

BRUTALITE POLICIERE La tension remonte d’un cran aux Etats-Unis alors qu’un homme noir non armé a été blessé par balle par la police le week-end dernier

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Michael Douglas
L'acteur Michael Douglas — Sarah Stewart/Starface

Michael Douglas a décidé de monter au créneau alors que la police a tiré sur un homme noir non armé dans le Wisconsin le week-end dernier. Jacob Blake, 29 ans, a reçu sept coups de feu  dans le dos durant son interpellation qui a été filmée par des voisins alors même que ses enfants étaient présents. Pour Michael Douglas, cette tragédie apporte une nouvelle fois la preuve que la brutalité policière est un problème majeur qui ne peut plus être ignoré.

« Dans toutes ces situations, lorsque nous avons des vidéos, la question devient bien plus claire qu’avant », a-t-il déclaré dans un épisode de Lifesaving Conversations, série d’interviews réalisée par Liberatum.

Dépasser la division raciale

Pour Michael Douglas, le fait d’être en présence de preuves vidéos empêche de débattre de la véracité des faits et impose une prise de conscience.

« Avec ce qu’il s’est passé à Minneapolis (la mort de George Floyd filmée par des passants), tout était si évident et clair pour tant de gens, qu’il n’y avait pas de débat. Ce n’est pas un problème racial de noirs contre les blancs. C’est noir et blanc. C’est un problème politique, plus encore qu’avant. Et je crois avec force que nous avons une opportunité réelle de dépasser plus largement la division raciale », a ajouté Michael Douglas.

Si Jacob Blake a survécu à la fusillade, il restera sans doute paralysé à vie.