Daisy Coleman, victime de viol et témoin d’un documentaire Netflix, s’est suicidée

DECES La jeune femme de 23 ans avait fait part du drame dont elle avait été victime dans un documentaire diffusé en 2016 sur la plateforme américaine

C.R.
Daisy Coleman était une icône de la lutte contre les agressions sexuelles
Daisy Coleman était une icône de la lutte contre les agressions sexuelles — BRIAN ACH/GETTY IMAGES VIA AFP

« Ma fille Catherine Daisy Coleman s’est donné la mort cette nuit. » Ces mots sont ceux de Melinda Coleman, mère de Daisy Coleman, publiés ce 5 août sur Facebook. La victime, âgée de 23 ans, a mis fin à ses jours mardi soir selon le site américain Deadline. La jeune femme est connue pour avoir participé au documentaire Audrie & Daisy, dépeignant le combat de deux adolescentes sexuellement agressées, humiliées et harcelées en ligne. Le film avait été projeté en janvier 2016 au Festival du film de Sundance puis mis en ligne sur Netflix la même année.

« Elle était ma meilleure amie et une fille formidable, a écrit sa mère dans son message publié sur Facebook. Elle ne s’est jamais remise de ce que ces garçons lui ont fait, et c’est complètement injuste. Ma petite fille est partie. »

Figure de la lutte contre les agressions sexuelles

En janvier 2012, la jeune femme alors âgée de 14 ans a expliqué avoir été violée lors d’une soirée entre amis à Maryville dans le Missouri. Son agression est filmée par un autre garçon présent ce soir-là. Elle est ensuite abandonnée dans le froid, vêtue d’un simple tee-shirt. Son agresseur présumé, Matthew Barnett, petit-fils d’un ancien représentant du parti républicain, est condamné à deux ans de prison avec sursis pour mise en danger de la vie d’une mineure, mais n’est pas accusé de viol.

Par la suite, Daisy Coleman a fondé SafeBAE, une association œuvrant pour les victimes de viols et d’agressions sexuelles au collège et au lycée. « Elle s’est battue plus longtemps et plus durement que nous ne le saurons jamais. Nous voulons rester attentifs à tous les jeunes qui l’ont admirée », est-il indiqué dans un communiqué​ de l’organisme.