Bob Geldof affirme que le Live Aid a ruiné sa carrière et sa vie

MUSIQUE Le concert légendaire a eu lieu à Londres et Philadelphie il y a tout juste 35 ans

20 Minutes avec agences

— 

Le chanteur Bob Geldof
Le chanteur Bob Geldof — Zuma / Starface

Le 13 juillet 1985 avait lieu le Live Aid, un concert caritatif organisé à Londres et Philadelphie à l’initiative de Bob Geldof, le chanteur des Boomtown Rats. L’événement avait permis de lever 127 millions de dollars pour lutter contre la famine en Afrique. On pourrait croire que cette prouesse aurait signé la renommée de l’artiste, et ça a été le cas dans une certaine mesure. Mais à 35 ans de distance, Bob Geldof est contraint de faire un constat bien amer : le Live Aid a gâché sa vie.

« J’ai détesté ça, a-t-il révélé à Associated Press. C’était devenu impossible. J’étais perplexe depuis un moment. Je n’avais pas beaucoup d’argent à l’époque. Ça a empiété sur ma vie privée et ça m’a probablement coûté mon mariage [avec Paula Yates dont il a divorcé en 1996]. »

Saint Bob

Mais l’effet le plus néfaste du Live Aid sur la vie de Bob Geldof concernait sa carrière de musicien. « Je n’ai pas pu retourner faire mon boulot. Je suis un chanteur de pop. C’est littéralement comme ça que je gagne ma vie. C’est mon boulot. Je me lève le matin et si je suis d’humeur j’essaye d’écrire des chansons et d’aller répéter. Et je ne pouvais pas. Personne n’était intéressé. On me surnommait Saint Bob, et je n’avais plus le droit de faire ça parce que c’était trop insignifiant. Alors j’étais perdu. »

Quoi qu’il en soit, Bob Geldof mesure très bien l’importance de l’événement qu’il a fait naître. « C’était la fin de cette période politique marquée par la coopération, le consensus et le compromis, a-t-il analysé. Est-ce que ça arriverait aujourd’hui ? Non. Vous n’avez qu’à regarder les clowns qui dirigent cette planète pour comprendre que ça n’arrivera plus. »