L’industrie musicale britannique recevra 1,57 milliard de livre sterling

MUSIQUE La pandémie de Covid-19 a un très lourd impact sur le monde du spectacle

20 Minutes avec agences

— 

Le chanteur anglais Ed Sheeran
Le chanteur anglais Ed Sheeran — Landmark/Starface

Quatre mois après le début de la pandémie, le gouvernement britannique n’avait fait aucune annonce pour aider l’industrie de la musique à y faire face. La semaine dernière, les plus grands noms de l’industrie se sont rangés derrière l’initiative Let The Music Play, et ils ont été entendus par le gouvernement de Boris Johnson.

Le ministre de la Culture britannique, Oliver Dowden, a en effet annoncé hier, dans BBC Breakfast News, 1,57 milliard de livres sterling afin d’aider le secteur de la musique en général et les salles de spectacle. Les cinémas indépendants sont également concernés, tout comme le patrimoine historique.

Une population mécontente

Nombreux sont ceux qui avaient pointé du doigt Boris Johnson pour avoir accordé à la chaîne de pubs Wetherspoon, dirigée par Tim Martin – fervent défenseur du Brexit et proche de Boris Johnson, « 48,3 millions de livres sterling de subvention alors que l’industrie de la musique en demande 50 ». La somme débloquée par le gouvernement va au-delà de leurs demandes.

La somme annoncée par le gouvernement britannique sera divisée entre subventions et prêts faits à l’industrie. Reste à savoir qui pourra bénéficier de ces aides et comment – et surtout quand pourront reprendre les spectacles et concerts, où il est impossible de respecter les mesures de distanciation physique.

Le Royaume-Uni est le pays d’Europe le plus touché par la pandémie. Les mesures sanitaires prises par Boris Johnson ont régulièrement été critiquées, notamment pour leur manque de clarté. Le non-respect des règles par des membres du gouvernement, comme le conseiller du Premier ministre, Dominic Cummings (qui s’est rendu – en voiture – à l’autre bout du pays en plein confinement pour un « rendez-vous chez l’ophtalmo »), ou bien le père de Boris Johnson (qui est allé dans sa résidence en Grèce alors que les déplacements hors du pays sont encadrés pour « vérifier que sa villa est protégée du Covid » comme le relaye le Guardian), n’ont fait qu’ajouter à la polémique.

La réouverture des pubs a aussi provoqué un scandale. Comme l’a résumé John Apter, à la tête du syndicat Police Federation, le lendemain : « C’est clair comme de l’eau de roche que les personnes ivres ne peuvent pas et ne respecteront pas la distanciation sociale. »