Simon Pegg pense que l'industrie du divertissement a tout à gagner avec les mouvements anti-racisme

RACISME L’acteur britannique est bien décidé à participer activement au changement

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Simon Pegg
L'acteur Simon Pegg — Landmark/Starface

Pour Simon Pegg, le mouvement de dénonciation du racisme systémique provoqué par la mort de George Floyd ne peut être que salvateur pour l’industrie cinématographique. Et l’acteur, scénariste et producteur britannique est bien décidé à participer activement au changement à l’échelle du Royaume-Uni.

« Quiconque se plaint à propos de ce qui arrive devait la fermer parce qu’il est temps, a-t-il déclaré lors d’un entretien avec le Guardian. L’industrie cinématographique serait un endroit bien plus sain, bien plus intéressant s’il y avait plus de voix, des histoires et des expériences différentes. Elle est tellement dominée par une seule voix et une seule couleur de peau, ça ne fait que perpétrer un paysage culturel fade et monotone. »

Le Royaume-Uni à la traîne ?

A ce titre, Simon Pegg, a décidé d’agir par le biais de Stolen Pictures, la société de production qu’il a co-fondé avec Nick Frost. Il est notamment entré en contact avec l’entrepreneur et photographe Cephas Williams, fondateur 56 Black Men, une initiative qui cherche à aider les acteurs, scénaristes et réalisateurs noirs à trouver des opportunités.

Ces derniers jours, Sandra Oh, la star de Killing Eve, déclarait que l’industrie cinématographique britannique était « à la traîne » en matière de diversité. Mais les choses pourraient vite changer grâce à l’action de personnalités aussi décidées et influentes que Simon Pegg.