Meghan Markle accuse la couronne de ne pas l’avoir protégée contre les tabloïds

MEGXIT Le procès du duc et de la duchesse de Sussex contre certains tabloïds britanniques suit son cours

20 Minutes avec agences

— 

La duchesse de Sussex Meghan Markle
La duchesse de Sussex Meghan Markle — Ferrari / Starface

De nouveaux documents ont été diffusés dans le cadre du procès intenté par Meghan Markle et le prince Harry contre des journaux britanniques. Et ceux-ci ne devraient pas plaire à la reine Elizabeth II. On y apprend que la duchesse de Sussex ne s’est pas sentie une seconde soutenue par la monarchie face aux attaques de la presse à scandales.

« [Meghan Markle] est devenue l’objet d’un grand nombre d’articles faux et nuisibles dans les tabloïds, en particulier dans le [Mail on Sunday]. Comme ses amis ne l’avaient jamais vue dans un tel état avant, ils se sont inquiétés à juste titre pour sa santé, en particulier parce qu’elle était enceinte, et non protégée par l’institution et interdite de se défendre elle-même », peut-on lire, comme le relaye Town & Country.

Affaire de famille

La mère d’Archie était en effet contre l’approche monarchique de ne faire aucun commentaire sur ce qui est dit dans la presse à leur sujet, le fameux « never complain, never explain », prôné par la reine depuis de (très) nombreuses années.

Le Mail on Sunday avait publié une lettre de Meghan Markle envoyée à son père, Thomas (avec l’accord de ce dernier). L’épouse du prince Harry accuse le journal d’avoir publié une version tronquée dans laquelle elle tient le mauvais rôle.

Thomas Markle n’a pas assisté au mariage de sa fille et a, à plusieurs reprises, blâmé la monarchie et Meghan Markle pour l’avoir évincé. Dans les documents juridiques, Meghan Markle apporte plusieurs témoignages selon lesquels elle a régulièrement appelé son père pour qu’il vienne à son mariage et a mis à sa disposition tout le nécessaire pour qu’il soit à son aise et puisse se déplacer. Ses appels et ses offres ont été, d’après ses proches, ignorés ou refusés par Thomas Markle.