Beyoncé demande au procureur général du Kentucky justice pour Breonna Taylor

BLACK LIVES MATTER L’ambulancière est morte il y a trois mois lors d’une intervention de la police et aucun des officiers impliqués n’a été interpellé

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Beyoncé
La chanteuse Beyoncé — Face to Face / Starface

Comme George Floyd, Breonna Taylor a été tuée lors d’une intervention de la police, et pour Beyoncé, il est temps que justice soit faite. La jeune ambulancière de 26 ans était chez elle avec son petit ami quand des officiers de LMPD (Louisville Metro Police Department) sont entrés (sans s’annoncer) à la recherche d’un revendeur de drogue (qui était déjà sous les verrous au commissariat) et ont tiré à plus de 20 reprises, touchant Breonna Taylor 8 fois. Breonna Taylor est morte sur le coup, alors qu’elle n’avait strictement rien à se reprocher. Un scandale, selon la chanteuse.

« Trois mois sont passés et aucune arrestation n’a eu lieu, aucun officier n’a été renvoyé. L’investigation de la police de Louisville a été transmise à votre bureau, mais tous les officiers impliqués dans la tuerie restent employés par le Louisville Metro Police Department [LMPD]. A chaque décès des mains de la police, il y a deux tragédies : la mort en elle-même, et l’inaction et les délais dans les enquêtes pour élucider cette mort. Nous avons une chance de mettre fin à ce schéma. Prenez une décision rapide et décisive en inculpant ces officiers. Les prochains mois ne doivent pas se passer comme les trois derniers », a-t-elle écrit, à l’attention du procureur général du Kentucky, dans une lettre ouverte publiée sur son site officiel.

Plus jamais

Après la mort de George Floyd le 25 mai dernier, le décès de Breonna Taylor est également devenu un symbole de la violence policière aux Etats-Unis et de l’impunité de certains agents lorsqu’ils commettent des exactions. A la suite de la mort de la jeune femme, la ville de Louisville a déjà fait voter l’interdiction des interventions dites « No-Knock », lors desquelles la police pénètre chez les suspects sans s’annoncer, et le sénateur Rand Paul a d’ores et déjà déposé un projet de loi baptisé en hommage à Breonna Taylor pour que cette mesure soit mise en place à l’échelle nationale.

« Je suis extrêmement reconnaissante que les gens réclament la justice, et soient une voix pour lui rendre hommage. Ça me brise le cœur de voir que ce genre de choses arrive dans le monde entier », avait récemment déclaré la mère de Breonna Taylor, Tamika Palmer, au magazine People.