Mort de George Floyd : Les stars, dont Steve Carell, viennent en aide aux manifestants de Minneapolis

EMEUTES La ville du Minnesota connaît de nombreuses manifestations qui tournent à l’émeute suite au décès d’un homme noir lors d’une arrestation de police

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur américain Steve Carrell
L'acteur américain Steve Carrell — Cover Images

Les stars se mobilisent pour les manifestants arrêtés pendant les protestations qui émaillent la ville de Minneapolis depuis la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans décédé suite à une arrestation des forces de l’ordre. La star de The Office, Steve Carell, mais aussi Seth Rogen ou encore Ben Schwartz ont fait un don au Minnesota Freedom Fund, comme le relaye The Hollywood Reporter. Une chaîne s’est créée sur Twitter, ceux faisant un don postant « Matched ».

L’association paye notamment les cautions des Américains les plus pauvres. « Nous sommes émerveillés par le soutien qui arrive en ce moment. Nous travaillons avec la National Lawyers Guild et le Legal Rights Center pour aider à régler les cautions », peut-on lire sur le site du fonds.

Une partie du pays outrée

De nombreuses célébrités ont fait part de leur colère suite au décès de George Floyd, relayant la vidéo de son arrestation qui dure plusieurs minutes. On voit l’homme de 46 ans, maintenu au sol par un policier qui appuie son genou sur son cou, tandis que George Floyd dit qu’il ne peut pas respirer, avant de cesser de bouger. Son décès a été prononcé peu de temps après à l’hôpital où il a fini par être emmené.

Si le maire de Minneapolis a également fait part de sa révolte et demandé justice, les quatre policiers impliqués dans l’arrestation n’ont pas été inculpés. Ils ont été limogés de la police et laissés en liberté. Depuis lundi, la population se soulève. Les manifestations, au départ pacifiques, pour demander justice, ont fini en émeutes. La situation ne semble pas se calmer, et les derniers tweets de Donald Trump, le président des Etats-Unis, ne font rien pour apaiser la situation. Le locataire de la Maison Blanche a notamment écrit : « Quand les pillages démarrent, les tirs commencent », une phrase prononcée par le chef de la police de Miami dans les années 1960 et qui avait contribué, comme le relaye NBC News, à des émeutes raciales dans la ville.