Des informations sur Lady Gaga ont été diffusées par les hackeurs de REvil

PIRATAGE Le cabinet d’avocats de la chanteuse a refusé de payer la rançon demandée par les cyber-criminels

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Lady Gaga
La chanteuse Lady Gaga — Kirk Mckoy/Los Angeles Times/Polaris/Starface

Le cabinet d’avocats Shire Meiselas & Sacks s’est fait pirater  ses données par le gang de hackeurs REvil, connu aussi sous le nom de Sodinokibi, la semaine dernière. La firme représente plusieurs clients célèbres, dont Madonna, Bruce Springsteen et Lady Gaga. Et cette dernière a fait les frais du refus des avocats de payer la rançon demandée.

Comme le relaye Rolling Stone, REvil réclamait à la firme new-yorkaise 21 millions de dollars en échange des 756 megaoctets volés. Face au refus, les cybercriminels ont diffusé un premier dossier sur Lady Gaga.

Donald Trump visé

Parmi les documents se trouvent notamment des « contrats passés avec les producteurs et l’équipe de tournée » de la chanteuse de Paparazzi, « ses accords promotionnels, ses dépenses, ses accords de confidentialité, des factures de remboursement à l’artiste Jeff Koons, quelques photos promotionnelles », entre autres. Mais le gang de pirates ne s’est pas contenté de cela. REvil réclame maintenant 42 millions de dollars, payables en bitcoins, et se sont directement adressés au président des Etats-Unis.

« Il y a une course à l’élection en cours et nous avons trouvé une tonne de linge sale. M. Trump, si vous voulez rester président, envoyez une pique bien acérée à ces mecs, sinon vous pourrez oublier vos ambitions à jamais. Quant à vous, les votants, nous pouvons vous dévoiler qu’après une telle diffusion, vous ne voudrez certainement pas le voir en président. On laisse les détails de côté. Vous avez une semaine », peut-on lire comme le relaye Rolling Stone.

La firme d’avocats, qui ne représente pas les affaires de Donald Trump, a confié travailler avec le FBI pour mettre fin au chantage.