Andrew Scott avait une très bonne raison pour accepter un rôle dans « Fleabag »

TÉLÉVISION De Moriarty au Prêtre, l’acteur ne voulait pas s’enfermer dans un genre

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Andrew Scott
L'acteur Andrew Scott — Marcus Yam / Los Angeles Times / Polaris / Starface

Qu’est-ce qui a poussé Andrew Scott, connu pour ses rôles de méchant dans Sherlock – où il incarne Moriarty – et James Bond – Max Denbigh dans Spectre – à jouer le Prêtre sexy de Fleabag? Tout simplement le refus de jouer inlassablement le même rôle.

View this post on Instagram

me making it to tuesday #fleabag #andrewscott

A post shared by Fleabag (@bbcfleabag) on

S’il admet avoir voulu « être dans un James Bond », il s’est rendu compte que « après Sherlock, on m'a proposé plein de rôles de "sous-Moriarty" ».

Une carrière éclectique

« Au bout d'un moment, il faut se dire "Non, je ne veux plus faire ça". Je pense que la comédie romantique est très sous-estimée. J'ai toujours cherché quelque chose qui explorait l'amour d'une manière intelligente et humaine et quand j'ai commencé à parler à Phoebe Waller-Bridge (la créatrice de Fleabag), j'ai eu le sentiment que c'était l'idéal », a-t-il expliqué à GQ.

Quant au prochain projet d’Andrew Scott, ce sera un retour à un univers un peu plus sombre, avec une nouvelle adaptation du Talentueux Monsieur Ripley, le livre de Patricia Highsmith, pour la chaîne Showtime. L’ouvrage avait déjà été porté à l’écran dans un film d’Anthony Minghella, avec Jude Law, Gwyneth Paltrow et Matt Damon.