VIDEO. Rose McGowan accuse Ben Affleck de ne pas avoir dénoncé Harvey Weinstein

POLEMIQUE La star de « Will Hunting » semblait en savoir beaucoup sur les agissements du producteur condamné pour viol et agression sexuelle

20 Minutes avec agences

— 

L'actrice Rose McGowan devant le tribunal de Manhattan au premier jour du procès d'Harvey Weinstein
L'actrice Rose McGowan devant le tribunal de Manhattan au premier jour du procès d'Harvey Weinstein — Steve Sands/Starface

La condamnation d'Harvey Weinstein n’empêche pas Rose McGowan d’être particulièrement remontée contre le système hollywoodien. L’actrice, fer de lance du mouvement #MeToo aux Etats-Unis, a profité de l’annonce de la sentence du producteur déchu pour rappeler que certaines personnes auraient pu parler pour dénoncer plus tôt les agissements de l’ancien patron de Miramax. Et parmi ces personnes, elle cite Ben Affleck.

« Ben Affleck. Je suis triste pour lui. Ça doit être dur de jouer un super-héros au lieu d’en être un. Il aurait pu parler. Il pourrait encore le faire. Mais il a été élevé au sein de cette intersection toxique entre Hollywood, les médias et la politique », a-t-elle écrit dans un post sur Twitter.

« Hollywood est une maladie »

Ce n’est pas la première fois que l’actrice s’en prend à l’interprète de Batman, mais cette fois-ci, elle va beaucoup plus loin.

« Ce serait le bon moment de tout révéler, Ben. Voilà ce que je pense que tu devrais faire : arrête ta machine de relations publiques et soit vrai, pour une fois. On le sait tous, réfléchis à ce qui t’est arrivé et demande-toi si tu es capable d’être le multimillionnaire qui peut casser le système en disant la vérité. Ça te libérera et inspirera d’autres personnes. Hollywood est une maladie que tu peux guérir », ajoute Rose McGowan.

Ben Affleck n’a pour le moment pas réagi aux propos de sa consœur, avec qui il a joué notamment dans Phantoms produit par Bob et Harvey Weinstein. L’acteur était par ailleurs sur la « Red Flag List » établie par le producteur condamné sur les personnes susceptibles de dénoncer ses agissements à la presse en 2017, avant la publication des deux enquêtes le concernant par le New Yorker et le New York Times.