VIDEO. Le prince Harry demande à être appelé seulement par son prénom

HENRY Pendant ce temps-là, le père de Meghan Markle s’en prend encore à eux dans la presse

20 Minutes avec agences

— 

Le prince Harry et Meghan Markle
Le prince Harry et Meghan Markle — Matrix Media / Starface

Le prince Harry est arrivé en Ecosse où il devait s’exprimer à l'Edinburgh International Conference Center. Avant de monter sur scène pour s’exprimer en marge d’un événement géré par Travelyst, une coalition entre plusieurs agences de voyages pour rendre les séjours et trajets plus équitables et bénéfiques pour l’environnement, il a demandé expressément à ne pas être présenté par ses titres.

En effet, le statut de membre royal senior du prince Harry prendra fin le 31 mars. Jusque-là, il doit être introduit – au moins au Royaume-Uni – par « Son Altesse royale » ou bien « Sir ».

C’est donc par son simple prénom qu’Ayesha Hazarika, la journaliste qui présentait l’événement, a introduit le mari de Meghan Markle, comme l’a noté le Guardian. Et la reportrice ne s’est pas non plus embarrassée avec les convenances sur son compte Twitter.

« Quand Hazza rencontre Hazza ! Très honorée et plus que ravie de mener une conférence organisée par ce mec, sur le voyage et la durabilité à Edimbourg », a-t-elle écrit en légende d’une photo d’eux deux très détendus.

Les ennuis continuent

Si le fils du prince Charles s’affiche relax, col de chemise ouvert et sourire jusqu’aux oreilles, tout n’est pas aussi merveilleux qu’il y paraît. Meghan et Harry ont certes réussi à s’affranchir de la lourdeur protocolaire de la Couronne britannique, mais pas du père de la duchesse de Sussex, qui semble bien plus retors que la reine. Thomas Markle a encore quelques vacheries pour la presse à scandales.

Devant les caméras de TMZ, Thomas Markle affirme que sa fille et le prince Harry « insultent la reine et le peuple britannique ». La raison ?  Le terme « royal », que le couple a accepté de ne pas utiliser pour son association caritative, tout en précisant que « légalement » rien ne leur interdisait d’employer ce mot en dehors du territoire britannique.

Il explique également que la famille royale britannique n’est que la dernière victime en date de sa fille. « Ma fille m’a dégagé la veille de son mariage, elle a rompu avec ma famille, avec celle de Doria [sa mère], elle a dégagé toutes les familles et maintenant la famille royale », lance-t-il.

Les réconciliations devraient prendre encore un peu de temps…