VIDEO. Le patron de Disney, Bob Iger, révèle pourquoi il a décidé de passer la main

DISNEY Le PDG prépare son départ depuis des années

20 Minutes avec agences

— 

Le PDG de Disney, bientôt à la retraite, Bob Iger
Le PDG de Disney, bientôt à la retraite, Bob Iger — AdMedia/Starface

On savait que Bob Iger aimait faire des annonces choc, mais la dernière du patron de Disney a surpris tout le monde. Le PDG de The Walt Disney Company a tout simplement décidé de quitter son poste. La décision est effective immédiatement et même s’il restera dans le giron de la société jusqu’à décembre 2021, date de la fin de son contrat, il cède ses fonctions à Bob Chapek, jusqu’ici responsable des parcs d’attractions et des produits dérivés. Une indication sur les priorités de la Maison de Mickey à l’avenir ?

« Avec le lancement réussi des produits de Disney directement aux consommateurs et l’intégration de la Twenty-First Century Fox en bonne voie, je pense que c’est le moment optimal pour assurer la transition vers un nouveau PDG. J’ai toute confiance en Bob et j’ai hâte de travailler avec lui pendant les 22 prochains mois alors qu’il assume ce nouveau rôle et s’immerge encore plus dans les entreprises globales de Disney, tandis que je continue de me concentrer sur les aspects créatifs de la société », a écrit Bob Iger dans un communiqué officiel, précisant que cette décision a été préparée depuis plusieurs années.

L’empire contre-attaque

Bob Iger aura marqué Disney en transformant la société en empire du divertissement. Depuis son arrivée à la tête du groupe en 2005, c’est notamment lui qui a supervisé les rachats ultra-rentables de Marvel, Pixar, Lucasfilm et 21st Century Fox. En 2019, Disney a généré plus de 10 milliards de dollars de recettes, un record absolu.

Avec le lancement – lui aussi réussi – du service de streaming Disney +, Bob Iger quitte l’aventure sur un enchaînement de succès assez inédit dans le secteur de l’audiovisuel. Dans un portrait publié en 2019 dans le New York Times à l’occasion de la publication de son autobiographie, Bob Iger était décrit comme un des derniers grands « gentils » de Hollywood. Et chez Disney, c’est bien connu, les gentils gagnent toujours.