VIDEO. Après le suicide de Caroline Flack, les tabloïds britanniques sont sous le feu des critiques

MÉDIAS La jeune femme de 40 ans présentait la version britannique de « Love Island »

Caroline Madjar

— 

L'animatrice Caroline Flack
L'animatrice Caroline Flack — Landmark/Starface

Alors que Love Island s’apprête à débarquer en France, avec Nabilla à la présentation, l’émission d’origine britannique est en deuil de l’autre côté de la Manche. Son animatrice, Caroline Flack, s’est suicidée le 14 février, après avoir vécu une campagne de dénigrement de la part de certains tabloïds. Depuis, la presse à scandale est accusée d’avoir poussé la présentatrice de 40 ans à la mort en la harcelant constamment.

Caroline Flack devait être jugée pour violence domestique le 4 mars prochain, un fait divers largement commenté, notamment par le Sun, le Daily Mail et le Daily Express. Il s’agit là des trois principaux tabloïds britanniques, régulièrement mis en cause pour leurs pratiques plus que discutables et leurs articles à charge.

Un long historique

Depuis plusieurs années, des personnalités ont été ciblées par cette presse très populaire au Royaume-Uni. Hugh Grant a depuis longtemps pointé du doigt les tabloïds, et surtout The Sun.

L’acteur fait partie des personnalités à avoir été mises sur écoute par le News of the World, tabloïd britannique détenu par Rupert Murdoch et qui a définitivement arrêté sa publication en 2011 suite au procès intenté (et gagné) par la star de Coup de foudre à Notting Hill et les autres victimes des écoutes illégales. L’homme d’affaires australien – et époux de Jerry Hall – est à la tête, notamment, de News Corp, qui publie le Sun.

Le suicide de Caroline Flack fait également écho, auprès du public britannique, au récent départ du prince Harry et de Meghan Markle, qui ont eux aussi intenté plusieurs procès aux tabloïds britanniques et dénoncé clairement leurs actions. Le prince Harry, que ce soit dans l’interview accordée à ITV ou bien dans ses communiqués et interventions relatives au choix du couple de se retirer de ses fonctions royales, a rappelé avec insistance le décès de sa mère, Lady Diana, dans un accident de voiture alors qu’elle était poursuivie par des paparazzi.

Plusieurs voix se sont aussi élevées ce week-end pour dénoncer l’acharnement de certains médias. Des personnalités politiques de tout bord se sont exprimés, dont Keir Starmer qui se présente à la succession de Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste, mais aussi le Conservateur et secrétaire aux Transports Grant Shapps et Daisy Cooper du Lib Dem. Une pétition a également été lancée pour demander « des lois » protégeant mieux la vie privée « des célébrités et des personnes ». Plus de 226.000 personnes l’ont signée et le chiffre ne fait qu’augmenter.

Par ailleurs, Caroline Flack est la troisième personnalité liée à Love Island à se suicider. Deux autres candidats ont mis fin à leurs jours depuis le début du programme : Sophie Gradon en 2017 et Mike Thalassitis l’année dernière. Depuis le décès de Caroline Flack et les accusations portées contre les tabloïds, le Sun, notamment, a effacé de son site certains articles peu amènes sur la présentatrice de l’émission.