VIDEO. Le duc et la duchesse de Cambridge annoncent une visite officielle en Irlande

BREXIT Le Sinn Féin, parti pro réunification des deux Irlande, est arrivé en tête des élections

Caroline Madjar

— 

Le prince William et son épouse Kate, duchesse de Cambridge
Le prince William et son épouse Kate, duchesse de Cambridge — Matrix Media / Starface

Si le Brexit fait beaucoup parler de Westminster et de Boris Johnson, de nouveaux ennuis semblent poindre le bout de leur nez du côté de l’Irlande pour la couronne britannique. Le prince William et son épouse Catherine, duchesse de Cambridge, viennent d’annoncer une visite de trois jours, « du 3 au 5 mars à la demande du Bureau des Affaires Etrangères et du Commonwealth », comme le précise Kensington Palace. Une visite annoncée quelques jours seulement après la victoire du Sinn Féin aux élections législatives.

Les Irlandais étaient appelés aux urnes ce 10 février et le parti pro réunification des deux Irlande est arrivé en tête des votes, avec 24,5% des voix, mais aura un parlementaire de moins que le parti Fianna Fáil, qui a rassemblé 22,2 % des votants. Cela ne signifie par pour autant que le parti de centre-gauche va accéder au gouvernement, comme le note la BBC, prudente, mais cette victoire prouve la montée en puissance dans le pays d’une volonté d’union avec l’Irlande du Nord. Et avec le Brexit amorcé le mois dernier, cela n’augure pas grand-chose de bon pour les affaires d’Elizabeth II, dont le titre complet est « reine du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord ».

Vers un royaume désuni ?

Cette visite royale du duc et de la duchesse de Cambridge tombe donc à point nommé pour rappeler le rattachement de l’Irlande du Nord à la Grande Bretagne. D’autant plus que le Sinn Féin a longtemps été associé à l’IRA, considéré comme un groupe terroriste et responsable, entre autres, de l’assassinat de Lord Mountbatten en 1979, l’arrière-grand-oncle du prince William et dont la reine était très proche.

Pour l’heure, le Sinn Féin va devoir trouver un compromis avec les deux autres partis principaux de la République d’Irlande, Fianna Fáil et Fine Gael, afin de former un gouvernement. Si le Guardian affirme également qu’une réunification des deux Irlande n’est pas à l’ordre du jour, l’Ecosse pourrait leur donner quelques idées. Nicola Sturgeon a bien l’intention d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de son pays et, en cas de victoire, déposer une demande d’adhésion à l’Union Européenne.

Lors du référendum pour le Brexit, l’Irlande du nord et l’Ecosse ont voté en majorité pour rester dans l’Union Européenne, au contraire de l’Angleterre et du pays de Galles. En clair, le brouillard n’est pas près de se lever, ni sur Londres, ni sur le reste du Royaume-Uni.