VIDEO. Quels métiers vont bien pouvoir exercer Meghan et Harry pour subvenir à leurs besoins ?

FAMILLE ROYALE Ils semblent avoir déjà bien préparé le terrain

20 Minutes avec agences

— 

Le prince Harry et son épouse, Meghan, duchesse de Sussex
Le prince Harry et son épouse, Meghan, duchesse de Sussex — AdMedia/Starface

L’annonce a fait l’effet d’une bombe au Royaume-Uni et jusqu’à Buckingham Palace qui ne semblait pas non plus au courant, mais les faits sont là : Harry et Meghan, duc et duchesse de Sussex, ne veulent plus être des membres royaux de premier plan. Dans leur annonce, ils expliquent vouloir devenir « financièrement indépendants », ce qui impliquent qu’ils vont devoir travailler ou, tout du moins, se soucier d’avoir des revenus d’une façon ou d’une autre. Si certains conseillent de traverser la rue pour trouver un emploi, les parents du petit Archie ont déjà préparé le terrain avant de changer de trottoir.

En effet, ces derniers mois, on a pu constater un rapprochement entre le prince Harry et Hollywood – où travaillait son épouse avant leurs fiançailles. Il a ainsi prêté main forte à Oprah Winfrey pour la réalisation d’un documentaire en plusieurs parties sur les maladies mentales. « On discutait de ça, ‘’Quelles sont les choses qui vous tiennent vraiment à cœur dans le monde ?’’ et j’ai posé la question au prince Harry, qui m’a répondu ‘’Le changement climatique et la santé mentale’’. Alors je lui ai dit de venir me voir. Et à partir de là, je lui ai expliqué ce que je faisais pour Apple TV et il m’a proposé son aide », avait expliqué la reine des médias américains sur le plateau de Today.

La duchesse de Sussex a elle aussi fait du pied aux médias, en devenant, le temps d’un numéro, rédactrice en chef de Vogue UK. Un numéro dans lequel elle a mis en avant des femmes au parcours percutant et fait la part belle à la diversité.

L’heure des comptes

Aider les autres et rendre le monde meilleur, c’est aussi la mission que le duc et la duchesse de Sussex se sont donnés, et qu’ils mettent en avant sur leur site fraîchement mis en ligne. Ce dernier est en trois parties : « Soutenir la communauté », « Servir la monarchie » et « Renforcer le Commonwealth ». Un résumé de ce que devrait être l’organisation caritative qu’ils évoquaient dans leur annonce choc.

Le site comprend aussi une section « Financements » pour évoquer leurs revenus.

Jusqu’à présent, comme ils l’expliquent, ils recevaient de l’argent de la part du Sovereign Grant, « un fonds annuel monarchique qui couvre le travail de la famille royale dans son soutien envers Sa Majesté la Reine et qui comprend l’entretien des résidences officielles et des bureaux », et provient des impôts des contribuables britanniques (à hauteur de « 1 livre sterling par habitant », selon le site). Ce fonds couvrait jusqu’alors « 5% des dépenses pour leurs bureaux » et « n’a jamais été utilisé à des fins personnelles ». Les 95% restants étaient couverts par « un revenu alloué par Son Altesse Royale le prince de Galles, généré par son duché de Cornouailles ».

Ils précisent également que la rénovation du Frogmore Cottage à Windsor – où ils ne vivront plus à plein temps donc – a été financé par la reine (la propriété lui appartient) et que tout ce qui concerne le mobilier et la décoration a été payé « personnellement » par Meghan et Harry.

Si le couple souhaite « se retirer de ses fonctions », il insiste néanmoins sur le fait qu’il reste membre à part entière de la famille royale et ne renonce donc pas à son titre (pour l’instant). Ils veulent être « membre de la famille royale avec leur indépendance financière », renonçant donc au Sovereign Grant. Il n’est pas fait mention de la somme allouée par le prince Charles, le père d’Harry, une fois leur indépendance financière acquise.