Peut-on quitter la famille royale ? Huit questions que pose la démission de Harry et Meghan

MEGXIT Mercredi soir, le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé renoncer à leur rôle de premier plan dans la famille royale britannique

Clio Weickert

— 

Allez, salut la compagnie!
Allez, salut la compagnie! — Frank Augstein/AP/SIPA
  • Mercredi soir, le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé renoncer à leur rôle de premier plan dans la famille royale britannique.
  • Changement de statut, déménagement outre-Atlantique, pression des tabloïds anglais… Ce départ pose beaucoup de questions.
  • 20 Minutes propose de répondre à ces nombreuses questions grâce à Sophie Lagesse, journaliste « têtes couronnées » au « Soir Mag ».

Meghan et Harry prennent le large. Dans un communiqué fracassant posté sur leur propre compte Instagram mercredi, le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé prendre leurs distances avec la famille royale, et renoncer ainsi à leur rôle de premier plan au sein de la monarchie britannique. Une décision courageuse (ou désespérée ?) qui n’a pas tardé à secouer les sujets de la couronne, ainsi que la reine Elizabeth II elle-même, qui visiblement n’avait pas été mise au parfum de la fuite outre-Atlantique de son petit-fils, de son épouse et du petit Archie.

Car c’est notamment en Amérique du Nord que la petite famille envisage d’ouvrir un nouveau chapitre de son histoire et de se lancer plusieurs défis : vivre indépendamment de la famille royale sur le plan financier, et probablement se libérer de la pression médiatique britannique et de l’avalanche de critiques qui submergent le couple depuis l’annonce de son mariage. Mais peut-on vraiment quitter la famille royale ? Grâce à l’éclairage de Sophie Lagesse, journaliste « têtes couronnées » au Soir Mag, 20 Minutes vous propose de passer en revue les nombreuses questions que pose ce qu’on appelle déjà, le « Megxit ».

Ce « Megxit » est-il si surprenant ?

Véritable coup de tonnerre, la mise en retrait d’Harry et Meghan semble avoir l’effet d’un raz de marée chez nos amis Anglais. Mais est-ce une si grosse surprise au regard de l’acharnement médiatique que subit le couple depuis ses débuts ? « C’est très surprenant dans le timing, juste après les fêtes, et on ne savait pas que ça allait prendre ces proportions-là, du moins cette tournure, estime Sophie Lagesse. Ils auraient pu très bien rester en Angleterre et alléger un peu leur planning, mais là ils communiquent sur le fait qu’ils se retirent presque du clan Windsor ! Evidemment il y a une vague de critiques envers Meghan mais certains disent que c’est une réaction d’Harry par rapport à l’enfance qu’il a vécue. Il a quand même perdu sa mère, broyée par ce système des tabloïds et par les paparazzis omniprésents. Désormais qu’il a enfin atteint son but de fonder un foyer, il craint que l’histoire se répète… »

Les tabloïds anglais ont-ils eu raison de Meghan et Harry ?

Pour la journaliste, la duchesse de Sussex n’a pas contribué à apaiser les relations avec l’oppressante presse tabloïde britannique : « En embrassant ce rôle de princesse et en acceptant d’épouser Harry, ça faisait un peu partie du deal. Au lieu de faire profil bas, certains de ses choix et de ses comportements ont plutôt excité la presse : ne pas vouloir communiquer sur son accouchement, ne pas se plier à la tradition de poser à la sortie de la maternité avec son bébé dans les bras… A n’en faire qu’à sa tête ça ne pouvait qu’exciter la presse et l’opinion publique. Bien sûr, c’est son choix de femme et de jeune maman de ne pas tout partager avec le peuple britannique mais d’un autre côté ça fait partie de la tradition de cette royauté, on ne peut pas prendre ce qui nous plaît et rejeter ce qui ne nous plaît pas ! C’est très complexe ».

L’image de la monarchie risque-t-elle d’être entachée par ce départ ?

« C’est un tsunami car la famille royale a une place particulière dans le cœur des Britanniques, explique Sophie Lagesse. Mais ça ne va peut-être pas entacher l’image de la famille, au contraire, ça va provoquer encore plus de questionnements, susciter la curiosité, les gens ont envie de savoir le pourquoi du comment. On n’en parle pas forcément de manière positive mais on continue de parler d’eux ! » Rappelons que l’abdication du roi Edouard VIII pour l’amour de Wallis Simpson le siècle dernier n’a pas arrêter le monde de la famille royale de tourner…

Quel sera leur nouveau statut ?

S’ils renoncent à leur « rôle de premier plan », auront-ils donc le droit à un statut « secondaire » ? « Ils pourraient très bien être comme les autres membres de la famille royale qui ne sont pas dans l’ordre direct de succession au trône, comme les princesses Béatrice et Eugénie, analyse la journaliste. Harry pourrait très bien faire un pas de côté et être beaucoup moins présent sur la scène publique. Et en même temps ce serait presque logique parce que ce sont William et Kate les héritiers directs de la couronne. On le voit bien dans les autres monarchies, en Belgique par exemple, les frères et sœurs du roi, et surtout leurs enfants, sont très peu impliqués dans la vie royale. On les voit à des moments extrêmement importants, des obsèques ou des mariages, mais ce sont des gens qui n’ont pas d’agenda officiel dicté par le palais. »

Peuvent-ils vraiment avoir une vie normale ?

Ce n’est quand même pas très commun de passer de la vie de prince à celui de monsieur tout le monde… Le prince Harry passera-t-il un bilan de compétences ? Enchaînera-t-il les entretiens d’embauche ? Ce n’est pas si fou que ça selon Sophie Lagesse : « En Belgique nous avons de nombreux princes de la famille royale belge qui travaillent dans des banques, qui ont fait des études de droit… Très peu travaillent en Belgique et ils se sont justement expatriés en Angleterre ou en France pour avoir un peu plus d’anonymat et de liberté de mouvement, mais ce n’est pas hors du commun qu’un prince ou une princesse ait une vie active ! »

Meghan va-t-elle reprendre sa carrière ?

On aurait presque oublié qu’il n’y a pas si longtemps que ça, Meghan Markle était l’actrice principale de la série Suits. Le couple se rapproche-t-il de Hollywood pour relancer la carrière de Meghan ? « C’est LA question que tout le monde se pose !, affirme la journaliste. Comme beaucoup d’actrices, on l’a vu avec Grace Kelly par exemple, c’est extrêmement difficile à vivre pour elles de renoncer à jouer. Et si jamais elle disait être de nouveau disponible sur le marché des acteurs et des actrices, on se doute bien que les producteurs et réalisateurs vont se l’arracher… Est-ce que c’est Meghan qui va faire bouillir la marmite, et Harry de son côté, continuera à jouer son rôle de président de nombreuses associations ? »

Cette décision est-elle irrémédiable ?

S’il se murmure qu’il est le petit préféré de mamie Elizabeth (après ses Dorgis), le prince Harry est peut-être en train de faire la bêtise de sa vie… Mais Sophie Lagesse tempère. « Pour l’instant il a envie de s’éloigner de ses tourments médiatiques et des obligations qui incombent à son rôle, mais plus le temps passe et plus l’attention va être focalisée sur Kate et William qui sont les héritiers du trône. Harry aurait eu de toute façon moins d’importance au fil des années puisque la relève est assurée avec le clan des Cambridge. Et si dans quelques années il veut revenir s’installer en Angleterre à temps complet, personne ne va lui barrer la route. Il pourra petit à petit revenir dans la vie publique ».

Peut-on vraiment se libérer de la famille royale ?

« Il a beau faire ce qu’il veut, il y reste attaché, il reste le duc de Sussex, explique Sophie Lagesse. A moins qu’un jour la reine décide de le déshonorer, ce qui n’arrivera jamais, il est le fils du prince Charles, héritier du trône d’Angleterre. Il peut se murer au Canada et essayer de vivre une vie normale là-bas, mais il faut savoir que les médias anglais ont des moyens très importants et que certains paparazzis américains ont beaucoup moins de scrupules que certains Britanniques. Auront-ils vraiment la paix ? Seul l’avenir nous le dira. » Eh oui, malheureusement, on ne choisit pas sa famille... Courage à William et Kate.