VIDEO. J.K. Rowling est critiquée pour avoir défendu une personne condamnée pour transphobie

POLÉMIQUE L’autrice a apporté son soutien à une fiscaliste licenciée pour un tweet transphobe

20 Minutes avec agences

— 

L'auteure J.K. Rowling
L'auteure J.K. Rowling — Murdo Macleod / Polaris / Starface

J.K. Rowling est sous le feu des critiques pour son soutien affiché à la fiscaliste britannique Maya Forstater. Cette dernière a été licenciée pour avoir posté un tweet transphobe, une mesure confirmée par le tribunal des prud’hommes britanniques, le Central London Employment Tribunal, ce qui a mis en colère la créatrice d’Harry Potter.

« Habillez-vous comme vous voulez. Appelez-vous comme il vous plaît. Dormez avec l’adulte consentant de votre choix. Vivez votre vie en paix et sécurité. Mais forcer les femmes à quitter leur travail pour maintenir que le sexe est réel ? #JeSoutiensMaya #ThisIsNotADrill », a écrit J.K. Rowling sur Twitter.

Dignité

Maya Forstater a été licenciée pour avoir écrit sur Twitter qu’on ne « peut pas changer son sexe biologique », c’est-à-dire tous les caractères qui déterminent le genre à la naissance. Des propos qu’elle a maintenus après le rendu du jugement qui donne raison à son employeur dans son licenciement. Le juge James Tayler a déclaré que les posts de Forstater étaient « incompatibles avec la dignité humaine et les droits fondamentaux des autres » comme le relaye le New York Times.

« Tout comme je l’ai dit dans ma déposition, je crois que le sexe est un fait biologique et immuable. Il y a deux sexes. Les hommes sont des mâles. Les femmes sont des femelles. C’est impossible de changer de sexe. Ceci était entendu, jusqu’à très récemment, comme étant des faits de vie de base », a-t-elle écrit sur son compte Twitter. La négation de l’identité de genre des personnes trans est punie par la loi française d'amendes et peines de prison​.