Pourquoi Adèle Haenel a-t-elle finalement décidé de porter plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia ?

JUSTICE « Maintenant que la justice a ouvert une enquête, je ne me dérobe pas »

A.D.

— 

Adèle Haenel, en août 2019.
Adèle Haenel, en août 2019. — Yohan BONNET / AFP

Sollicitée par les policiers après l’ouverture de l’enquête judiciaire ouverte pour « agressions sexuelles sur mineure de 15 ans » et « harcèlement sexuel », Adèle Haenel a décidé de porter plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia. L’actrice est entendue ce mardi après-midi par les enquêteurs de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), à Nanterre.

« Maintenant que la justice a ouvert une enquête, je ne me dérobe pas, et je souhaite faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aller au bout du processus judiciaire. Ce que j’attends maintenant, à titre personnel, de la part de la justice, c’est un accompagnement et une réparation », a-t-elle expliqué à nos confrères de Médiapart.

« Trop peu d’affaires de violences sexuelles aboutissent »

L’actrice avait initialement décidé qu’elle ne saisirait pas la justice estimant que « trop peu d’affaires de violences sexuelles aboutissent à une réparation pour les victimes ». Elle a finalement changé d’avis pour trois raisons. Tout d’abord, parce que la justice a ouvert cette enquête.

Ensuite, à cause des « dénégations publiques » de Christophe Ruggia. « Ses dénégations sont insupportables, indique à Mediapart la comédienne, et elles renforcent encore le sentiment d’impunité dans lequel il vit, et le sentiment d’injustice dans lequel je vis depuis dix-huit ans ».

Enfin, parce qu’elle espère que la portée de cette affaire dépassera son seul cas personnel. « Ce processus enclenchera, plus largement, un dialogue entre la justice et les victimes, afin d’obtenir un meilleur accompagnement pour celles-ci, ainsi qu’une plus grande attention collective portée à leurs histoires », espère la comédienne, selon Médiapart.