VIDEO. T.I. ne regrette pas de faire passer des tests de virginité à sa fille

POLEMIQUE Le rappeur est néanmoins désolé d’avoir embarrassé sa fille en public

20 Minutes avec agences

— 

Le rappeur T.I. et sa femme Tameka
Le rappeur T.I. et sa femme Tameka — Chris DELMAS / VISUAL Press Agency

T.I. s’est enfin expliqué sur la controverse qui l’entoure depuis qu’il a déclaré, dans le podcast Ladies Like Us, faire passer des tests de virginité à sa fille Deyjah, aujourd’hui âgée de 18 ans. Et le rappeur ne regrette pas grand-chose, si ce n’est avoir mis dans l’embarras son enfant en parlant de son intimité en public.

« Je crois que tout ceci part d’une conversation que j’ai eue sur le ton de la plaisanterie quand on m’a demandé comment je gère le fait d’être parent aujourd’hui. Et à partir d’une vérité, j’ai commencé à embellir et exagérer les choses. Je crois que beaucoup de gens l’ont pris au pied de la lettre », a-t-il confié sur le plateau de Red Table Talk, l’émission de Jada Pinkett Smith que relaye Rolling Stone.

Il ne voit pas le problème

T.I. a ensuite confirmé qu’il faisait bien vérifier l’hymen de sa fille par un gynécologue afin de s’assurer de sa virginité, mais, selon lui, il n’y a pas à être choqué, parce que ça ne s’est pas passé comme les gens ont pu l’imaginer. « Laissez-moi mettre les points sur les -i-, je n’ai jamais dit que j’étais dans la pièce, ça a été spéculé, c’est faux. Je n’ai jamais dit que ça avait été fait maintenant sur une jeune fille de 18 ans et je n’ai jamais dit que sa mère n’était pas présente. Sa mère était là à chaque fois », a-t-il expliqué, assumant donc avoir fait vérifier la virginité de sa fille lorsqu’elle était plus jeune.

Finalement, le seul regret de T.I., c’est que sa fille lui en veuille au point de ne plus le suivre sur les réseaux sociaux et d’avoir liké des publications dénonçant la pratique – condamnée par l’ OMS – qu’elle a subie. « Je suis profondément désolé envers elle. Mais pas envers tous ces étrangers ni aucune de ces personnes bizarres qui balancent des mensonges gratuitement », a-t-il ajouté, visiblement à mille lieues de comprendre pourquoi faire vérifier l’hymen d’une adolescente est un problème majeur.