VIDEO. L’ancien chanteur glam Gary Glitter ne touchera pas de royalties sur « Joker »

POLEMIQUE L’utilisation dans le film d’une des chansons de l'ancien chanteur glam, incarcéré pour acte pédophile, a fait polémique

20 Minutes avec agences

— 

L'ancien chanteur glam, Gary Glitter, condamné pour actes pédophiles en 2015 à 16 ans de prison
L'ancien chanteur glam, Gary Glitter, condamné pour actes pédophiles en 2015 à 16 ans de prison — London News Pictures / ZUMA / VISUAL Press Agency

Gary Glitter, qui purge une peine de prison de 16 ans pour acte pédophile, ne recevra pas un centime pour l’utilisation d’un de ses titres dans Joker. En effet, la chanson Rock and Roll Part 2 résonne longuement durant une scène du film.

Et quand on pense à l’immense succès commercial du long-métrage (550 millions de dollars de recettes en deux semaines), le chèque aurait pu être important. Snapper Music, qui possède les droits du catalogue de l’artiste, a assuré au Los Angeles Times que l’artiste ne recevra rien : « Gary Glitter ne sera pas payé – nous n’avons aucun contact avec lui ».

Une polémique qui dure

L’utilisation du titre de Gary Glitter par le réalisateur Todd Phillips dans Joker a rapidement soulevé la polémique. De nombreux internautes, relayés par certains médias, ont vite questionné ce choix douteux, soulignant que le détenu allait recevoir de juteuses royalties. Pour d’autres, il s’agissait tout bonnement d’un choix délibéré de Todd Phillips pour rendre son chef-d’œuvre encore un peu plus choquant. Si c’est le cas, voilà qui est réussi.

Pour rappel, Gary Glitter a été condamné à plusieurs reprises pour des faits liés à des actes pédophiles. A la fin des années 90, il avait écopé de 4 mois de prison pour téléchargement de pédopornographie. Il a ensuite passé deux ans derrière les barreaux au Vietnam, où il avait été condamné pour abus sexuel sur deux mineures, âgées de 10 et 11 ans. Sa dernière condamnation, la plus lourde, est liée au scandale Jimmy Savile : 16 ans de prison, qu’il purge depuis 2015 au Royaume-Uni, pour actes pédophiles sur des mineures âgées entre 12 et 14 ans.