VIDEO. Le prince William et Kate Middleton sont sous haute surveillance au Pakistan

VISITE Plus de 1.000 policiers ont été déployés afin d’assurer la sécurité du duc et de la duchesse de Cambridge pour ce voyage officiel

20 Minutes avec agences

— 

Le prince William et son épouse Kate à Islamabad
Le prince William et son épouse Kate à Islamabad — -Images / Polaris / Starface

Cela faisait 13 ans qu’aucun membre de la famille royale britannique n’était venu au Pakistan, pays pourtant membre du Commonwealth. L’ instabilité du pays en est la raison principale, mais le prince William et de son épouse, Catherine, bénéficient d’un service d’ordre revu à la hausse pour ce voyage entamé lundi.

Comme l’a confirmé Kensington Palace au Telegraph, plus de 1.000 policiers assurent la sécurité des héritiers de la couronne britannique. Le déplacement du duc et de la duchesse de Cambridge dure quatre jours, au cours desquels les futurs monarques ont choisi de visiter des associations en lien avec l’éducation, notamment des filles. « L’accès à une éducation de qualité, en particulier pour les filles et les jeunes femmes, est l’une des priorités principales du Royaume-Uni au Pakistan. Le duc et la duchesse ont hâte de rencontrer de jeunes pakistanais et d’en apprendre plus sur leurs aspirations futures », peut-on lire dans le communiqué de Kensington Palace.

La confiance de la reine

Le changement climatique est aussi au programme des époux royaux, ainsi que la sécurité. « Le Royaume-Uni a été un partenaire-clé du Pakistan et le duc et la duchesse vont rencontrer des militaires britanniques et pakistanais qui vont partager leur expertise pour améliorer la sécurité », ajoute le palais.

Un voyage éminemment diplomatique, donc, pour les jeunes parent, qui semblent en tout cas bénéficier de toute la confiance de la reine Elizabeth II pour cette mission plutôt périlleuse, ou en tout cas « complexe », comme l’a qualifiée Kensington Palace. Le prince Charles, premier dans l’ordre de succession au trône, a quant à lui assisté sa mère qui donnait son traditionnel discours à Westminster pour la réouverture de la session parlementaire en vue du Brexit.