Luc Besson nie tout viol mais admet « des erreurs »

JUSTICE Le réalisateur accusé d'agression sexuelle par une actrice néerlandaise s'est exprimé pendant une heure dans un entretien diffusé mardi soir sur BFMTV

P.B. avec AFP

— 

«Je n'ai jamais violé une femme de ma vie», a assuré Luc Besson dans un entretien à BFMTV diffusé le 8 octobre 2019.
«Je n'ai jamais violé une femme de ma vie», a assuré Luc Besson dans un entretien à BFMTV diffusé le 8 octobre 2019. — Capture BFMTV

Après plus d’un an de silence pour « laisser la justice faire son travail », Luc Besson a décidé de parler. Accusé de viol par l’actrice néerlandaise Sand Van Roy, le réalisateur l’a assuré dans un entretien d’une heure diffusé mardi soir par BFMTV : « Ce sont des mensonges de A à Z. Je n’ai jamais violé une femme de ma vie. » Précision importante : l’interview a été filmée la semaine dernière ; depuis, un juge d’instruction a ouvert une procédure judiciaire pour viol, huit mois après le classement sans suite de la première plainte de l’actrice par le parquet de Paris.

« Je n’ai jamais violé une femme de ma vie »

« Cette affaire est un mensonge de A à Z. Je n’ai pas violé cette femme, je n’ai jamais violé une femme de ma vie. Je n’ai jamais levé la main sur une femme. Je n’ai jamais menacé une femme. Je n’ai jamais contraint physiquement ou moralement une femme à quoi que ce soit. Je n’ai jamais drogué une femme comme j’ai pu le lire. Ceci est un mensonge », a insisté Luc Besson.

« J’ai trahi ma femme et mes enfants »

Le réalisateur nie tout viol mais reconnaît avoir une « relation affective pendant deux ans » avec Sand Van Roy, qui tient un petit rôle dans Taxi 5. « J’ai trahi ma femme et mes enfants. Ça ne m’est pas arrivé qu’une seule fois, ça m’est arrivé plusieurs fois en vingt ans de mariage… », a poursuivi, les larmes aux yeux, le cinéaste. Il est marié à Virginie Besson-Silla, productrice au sein de la société Europacorp, avec qui il a trois enfants.

Besson reconnaît des « erreurs » avec des gestes « tactiles et gentils »

Dans des témoignages recueillis par Mediapart, huit autres femmes ont accusé le réalisateur du Grand Bleu de gestes déplacés. L’une d’entre elles, une ancienne employée d’Europarcorp, l’accuse d’agression sexuelle. Luc Besson nie « tout comportement inapproprié » mais reconnaît des « erreurs » avec des gestes « gentils et tactiles » dont il n’a pas précisé la nature. « Si j’ai eu un comportement qui a pu incommoder qui que ce soit, je m’en excuse. » Il assure désormais que sur ses plateaux – si Europacorp, qui croule sous les dettes, survit – aucune relation ne sera autorisée « quand il y a subordination ».

Un « manque affectif » lié à l’enfance

Le réalisateur assure avoir vu un psychologue deux fois par semaine pendant un an. Il dit souffrir « d’un manque affectif » lié à l’enfance et au divorce de ses parents, concluant : « Je fais des films pour être aimé. »