VIDEO. « Le Joker » : Warner dément « faire passer ce personnage pour un héros »

CINÉMA Des familles de victimes d’une fusillade survenue dans un cinéma ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis du film

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Joaquin Phoenix sous les traits du Joker
L'acteur Joaquin Phoenix sous les traits du Joker — Landmark/Starface

Warner Bros vient de briser le silence concernant la controverse soulevée par Joker, le nouveau film de Todd Phillips avec Joaquin Phoenix. En effet, des familles de victimes de la fusillade d’Aurora, dans le Colorado, survenue en 2012 dans un cinéma, ont écrit une lettre aux studios pour exprimer leurs inquiétudes vis-à-vis du film. La société, qui se targue de chercher à lutter contre la violence endémique qui sévit aux Etats-Unis, s’est expliquée via un communiqué relayé par Entertainment Weekly.

« Warner Bros. croit que l’une des fonctions de la narration est de provoquer des débats difficiles autour de problèmes complexes, peut-on lire. Ne faites pas erreur : ni le personnage fictif du Joker, ni le film, ne fait la promotion de la violence qui sévit dans le monde réel. Ce n’est pas l’intention du film, du réalisateur ou du studio de faire passer ce personnage pour un héros. »

Une véritable tragédie

Selon les proches des victimes de la fusillade d’Aurora, le scénario de Joker poursuivrait avec une certaine emphase la transformation du personnage en tueur, alors même que la tuerie a eu lieu lors de la première d’un Batman, à savoir The Dark Knight Rises. Le tueur, âgé de 24 ans, avait fait 12 victimes et en avait blessé des dizaines d’autres.