Face aux inquiétudes, Ophélie Winter se confie sur son quotidien

PEOPLE La star des années 1990 a répondu aux questions des chroniqueurs de « TPMP »

C.W.

— 

Ophélie Winter en 2014.
Ophélie Winter en 2014. — SADAKA EDMOND/SIPA

Ce sont de biens tristes nouvelles qu’a données Ophélie Winter. En fin de semaine dernière, le magazine Public dévoilait le nouveau quotidien difficile de la chanteuse, soi-disant sans domicile fixe, faisant face à de grosses difficultés financières. Des informations plus ou moins confirmées par l’intéressée lundi, qui a accepté de répondre par téléphone aux questions de Cyril Hanouna dans TPMP.

« Je ne me permets pas de me plaindre »

« J’ai appris ça chez toi, ça m’a fait rire, après ça m’a un peu énervé parce que je pense qu’il y a d’autres nouvelles bien plus intéressantes que de savoir avec qui je sors et ce que je fais, a commencé Ophélie Winter (dans une vidéo à revoir ici). Je n’habite plus en France, et j’ai passé presque deux semaines à faire Mario Bros avec ma petite Smart pour ne rien demander à personne à personne (…) Je décharge d’hôtels en hôtels quoi. Mais je n’ai pas de domicile du tout. Ce n’est pas fixe ou mobile. C’est que je n’habite plus en France. » Gardant le sourire dans la voix malgré la gravité de ses propos, la chanteuse a confirmé dormir à l’hôtel, précisant avec pudeur, « c’est vachement dur ».

Parfois une peu confuse, la voix hachée par des problèmes de réseaux, Ophélie Winter a levé le voile tant bien que mal sur les inquiétudes des chroniqueurs de Cyril Hanouna. « Tant que j’ai deux bras, deux jambes je ne me permets pas de me plaindre, c’est pas l’éclate parce que je m’ennuie mais j’ai plein d’idées », dit-elle, puis elle poursuit, « je suis libre j’ai rien ! Ça me serait arrivé il y a 20 ans, je me serais pendue avec mon string ! (rires) » « Je ne vais pas dire que c’est la fête, je suis seule, j’ai été beaucoup trahie, j’ai eu des problèmes de santé, mais voilà je me démerde toute seule, ce n’est pas [problèmes de réseaux] mais c’est une expérience », ajoute-t-elle notamment.