VIDEO. R. Kelly reste derrière les barreaux

PEOPLE Le juge lui a refusé sa demande de libération sous caution

20 Minutes avec agences

— 

Le chanteur R. Kelly
Le chanteur R. Kelly — HA Collection / VISUAL Press Agency
  • R. Kelly a plaidé non coupable devant le tribunal fédéral de Chicago.
  • R. Kelly devra aussi répondre de plusieurs chefs d’inculpation devant un tribunal fédéral de New York.
  • Un autre procès pour agression sexuelle aggravée est toujours en cours.

R. Kelly ne reverra pas la lumière du jour avant son procès. Arrêté la semaine dernière, le chanteur de R & B fait l’objet de plusieurs chefs d’inculpation, dont détention d’images à caractère pédopornographique, ce qui, pour le juge du tribunal fédéral de Chicago, en fait un « danger pour la communauté ».

L’interprète de I Believe I Can Fly doit répondre d’une inculpation pour conspiration dans le but de recevoir des images pédopornographiques, deux pour les avoir reçues, quatre pour en avoir produit, cinq pour avoir incité un mineur à avoir des activités sexuelles et une autre pour tentative d’obstruction à la justice, comme le relaye CNN. Il est en effet accusé d’avoir envoyé une jeune fille et ses parents à l’étranger pour ne pas qu’ils témoignent contre lui, et de leur avoir versé de l’argent pendant plusieurs années pour qu’ils mentent aux autorités, le tout aidé par son manager de l’époque.

Le chanteur a plaidé non-coupable.

Un lourd passif

C’est la deuxième fois que R. Kelly se retrouve à la barre pour plaider son innocence pour détention d’images pédopornographiques. Son procès en 2002 avait été retentissant. 21 chefs d’inculpation avaient été retenus contre lui et il avait été acquitté en 2008. Cette fois, néanmoins, plusieurs affaires s’entremêlent.

Outre la détention d’images pédopornographiques, il est en parallèle accusé à New York, toujours par les autorités fédérales, d’exploitation sexuelle sur mineur, kidnapping, travail forcé, ainsi que d’avoir envoyé à travers plusieurs Etats américains (Illinois, Connecticut, Californie et New York) des femmes pour exercer des activités sexuelles illégales, sur une période allant de 1999 à aujourd’hui. Cinq femmes sont citées, dont trois mineures – leur anonymat a été préservé.

A cela s’ajoute un autre procès à Chicago démarré en février. En mai, un grand jury a retenu 11 chefs d’inculpation contre lui, pour agression sexuelle aggravée sur quatre femmes, dont trois mineures au moment des faits.

R. Kelly clame son innocence dans toutes ces affaires, soutenu par ses deux compagnes, présentes lors de sa demande de libération sous caution hier.