Le rappeur Jay-Z dans les rues de New York
Le rappeur Jay-Z dans les rues de New York — William Farrington / Polaris / Starface

VIOLENCE

VIDEO. Jay-Z va aider la famille violentée par la police en Arizona

Le rappeur a été choqué par les images de la confrontation avec les forces de l’ordre

Jay-Z va payer les frais d’avocat d’une famille afro-américaine, violentée par la police après avoir été soupçonnée de vol à l’étalage. L’incident remonte au 29 mai dernier, quand Dravon Ames, Iesha Harper et leurs deux enfants quittent un Dollar Store, un magasin de bonnes affaires, à Phoenix dans l’Arizona.

Ils ne s’aperçoivent pas que leur fille de quatre ans a attrapé une poupée Barbie en quittant l’établissement. Immédiatement pris à partie par la police, ils sont même l’objet de menaces particulièrement agressives de la part des agents, comme on peut le voir dans une vidéo (ci-dessous), rapidement devenue virale.

« Levez vos p*tains de mains. Je vais vous allumer le c*l ! Vous allez vous faire tirer dessus ! », lance notamment un officier de police à Iesha Harper, enceinte et alors seule avec ses deux enfants. Son compagnon, quant à lui, se fait fouiller et insulter à quelques mètres de là par un autre policier.

L'avocat-star Alex Spiro va aider la famille

Jay-Z ne pouvait pas rester passif face à ce déferlement de violence. Le rappeur, qui n’hésite jamais à utiliser sa fortune pour défendre des causes qui lui paraissent importantes, a fait savoir via son association Team Roc qu’il avait recruté l’avocat-star Alex Spiro pour défendre les intérêts de la famille, comme l’indique AZCentral, cité par CNN.

La maire de Phoenix a présenté ses excuses et les officiers impliqués ont été cantonnés à des activités administratives avec interdiction, pour l’instant, de retourner dans les rues, mais ce n’est pas suffisant pour Dravon Ames et Iesha Harper. Le couple a déposé une réclamation - première étape avant de porter plainte officiellement comme l’explique AZCentral - et réclame 10 millions de dollars de dommages et intérêts.