Pourquoi Justin Bieber a-t-il défié Tom Cruise pour un combat dans l'octogone?

MISSION IMPOSSIBLE Le chanteur canadien Justin Bieber n’a aucun antécédent connu avec Tom Cruise

M.G.

— 

Justin Bieber lancerait-il un nouveau « fightchallenge» ?
Justin Bieber lancerait-il un nouveau « fightchallenge» ? — X17/SIPA

Dimanche, sur Twitter, Justin Bieber s’est fait remarquer par un tweet, entre la blague et le coup de sang : il défie Tom Cruise pour un combat. Un rendez-vous lancé sur un ring de MMA, aussi appelé octogone, qui rappelle le combat tant attendu entre Booba et Kaaris en France.

Mais revenons à notre Justin. Le chanteur ne justifie pas cette provocation… Peut-être que l’interprète de Baby veut seulement démontrer au monde ses talents de boxeur. En effet, il pratique ce sport depuis quelque temps, aux côtés notamment de l’ancien champion Floyd Mayweather.

Un challenge qui prend de l’ampleur

L’acteur de Mission Impossible n’a pas répondu au tweet de Bieber, mais la toile s’enflamme déjà. Le site de pari sportif Betonline a déjà lancé les hostilités, donnant un léger avantage à Cruise.

L’autre silence provient de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), la principale organisation de combat libre aux Etats-Unis. Pourtant, dans son tweet, Justin Bieber mentionne Dana White, le président de cette fédération. Seule, la voisine canadienne, l’UFC Canada a réagi, perplexe…

Un nouveau Fight challenge ?

On hésite entre le coup de com, un nouveau pétage de plombs de Bieber, ou une private joke entre les deux stars. Pourtant, on le pensait calmé depuis son mariage avec le mannequin Hailey Baldwin. En tout cas, Justin Bieber a renchéri par un tweet incluant un vidéo montage assez grotesque mettant en scène le combat des deux stars.

Le chanteur a peut-être lancé une nouvelle mode concernant les « challenges » puisque Conor McGregor, le champion irlandais de l’Ultimate Fighting Championship, a proposé son aide pour organiser le combat, mais il en a surtout profité pour défier un autre acteur américain : Mark Walhberg.