Le chanteur franco-espagnol Nilda Fernández est mort à l'âge de 61 ans

DISPARITION Il avait une voix caractéristique et connu le succès avec les chansons « Nos fiançailles » et « Madrid Madrid »

20 Minutes avec AFP

— 

Le chanteur Nilda Fernandez au festival «Ta Parole» à Montreuil en 2013
Le chanteur Nilda Fernandez au festival «Ta Parole» à Montreuil en 2013 — SADAKA EDMOND/SIPA

Le chanteur franco-espagnol Nilda Fernández, connu pour ses chansons Nos fiançailles et Madrid Madrid, est décédé dimanche d’une insuffisance cardiaque dans le sud de la France, a annoncé sa famille. Il avait 61 ans. « Auteur, compositeur, interprète, Nilda a consacré toute sa vie à la création. Musicien, écrivain, il incarnait jusqu’au plus profond de son être la figure de l’artiste », indique sa famille dans un communiqué.

Une voix caractéristique, aiguë et fragile

Né à Barcelone, il grandit à Lyon et voyage avec sa guitare, « jouant dans les bars, les clubs et autres petits lieux, au hasard des rencontres et des opportunités », selon son site officiel. En 1981, il enregistre un premier album. Après six ans d’éloignement, période pendant laquelle il fait des boulots sans rapport avec la musique, Nilda Fernandez revient en 1987 avec Madrid Madrid, qui est un succès.

En 1991 suit l’album Nilda Fernandez, avec le titre Nos fiançailles. L’année suivante, le chanteur, avec cette voix si caractéristique, aiguë et fragile, est sacré Révélation masculine aux Victoires de la musique. Il joue aussi en première partie de Sting à Paris, devant 15.000 personnes.

Sur les routes de France et d’Espagne

Le chanteur enregistre en 1993 un album en espagnol, 500 años, et part en tournée aux USA, au Mexique, au Chili et en Argentine. Dans les années 1990, il part sur les routes en roulotte pendant deux mois entre Barcelone et Paris. En 2001, il se rend en Russie où il reste cinq ans et enregistre des duos avec le chanteur russe Boris Moïsseev. Il met en scène plusieurs spectacles à Cuba, ou encore Carmen de Bizet au théâtre antique de Vienne, en Isère, en 2010. Nilda Fernandez avait décidé de sortir de l’univers des maisons de disques et de commercialiser ses albums via son site Internet.