«Game of Thrones»: Emilia Clarke a subi deux hémorragies cérébrales sur le tournage des premières saisons

SANTÉ L’actrice qui joue « La Mère des Dragons » a joué de malchance

20 Minutes avec agences

— 

L'actrice Emilia Clarke
L'actrice Emilia Clarke — WENN

Emilia Clarke a survécu à deux hémorragies cérébrales sur le tournage de « Game of Thrones ». L’actrice britannique s’est confiée sur ces deux épisodes dans d’un long récit publié par le magazine américain The New Yorker.

Le 11 février 2011, après la fin du tournage de la première saison, l’interprète de Daenerys Targaryen fait une rupture d’anévrisme et est hospitalisée en urgence. « Le diagnostic fut rapide et de mauvais augure : une hémorragie méningée, un type mortel d’AVC, se souvient-elle. J’avais 24 ans. »

« Au plus bas, j’ai voulu en finir »

Une opération la sauve mais elle se réveille avec d’intenses douleurs et une aphasie, un trouble du langage. « Des mots sans queue ni tête sortaient de ma bouche. Au plus bas, j’ai voulu en finir. J’ai demandé à l’équipe médicale de me laisser mourir », raconte-t-elle. « Mon travail – le rêve de ma vie pour toujours – était axé sur le langage, la communication. Sans ça, j’étais perdue. »

L’aphasie disparaît en quelques jours et Emilia Clarke sort de l’hôpital au bout d’un mois. Elle reprend le chemin des plateaux de tournage pour la saison 2, se gavant de morphine pour lutter contre la douleur et une intense fatigue. « La saison 2 a été la pire pour moi », résume-t-elle. « Pour être très honnête, je pensais chaque minute que j’allais mourir. »

Aussi combative que son personnage

Lors de son opération, les médecins avaient d’ailleurs détecté un autre « petit anévrisme » qui nécessitait une surveillance régulière. En 2013, alors qu’elle vient de terminer une pièce de théâtre à New York, la comédienne passe un énième scanner cérébral : l’anévrisme a doublé de volume et doit être opéré.

L’opération, pourtant simple, échoue et nécessite une chirurgie d’urgence avec trépanation. Fidèle à son personnage de femme forte, Emilie Clarke s’est remise sur pied et se dit aujourd’hui « guérie au-delà de tous [ses] espoirs ». Elle s’est même investie dans une association qui aide les survivants d’accidents cérébraux ayant besoin de traitements.