Le tournage de «James Bond» provoque la colère des écologistes

NORVEGE Entre les explosions et les constructions, 007 ferait trop de dommages collatéraux

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Daniel Craig pendant la promotion de Spectre
L'acteur Daniel Craig pendant la promotion de Spectre — WENN

Les caméras du vingt-cinquième volet de James Bond se sont posées dans la petite ville de Trehorningen en Norvège, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Le journal Aftenposten fait état de protestations de la part de plusieurs associations de défense de l’environnement.

Pour les besoins du tournage, la production a prévu de construire plusieurs bâtiments, qui seront ensuite détruits. Les explosions, propres à tout film impliquant l’agent 007, sont également mal vues au milieu des lacs et des forêts dont la faune et la flore ne sont jamais dérangées de la sorte.

Aucune trace

Du côté des autorités locales du comté d’Akershus, on promet que les lieux seront remis en état d’ici le printemps, soit à la fin du tournage.

Ce James Bond 25 connaît en tout cas bien des remous, notamment avec le départ de la franchise de son réalisateur initial, Danny Boyle, qui a rencontré des différends artistiques avec la production. Il a été remplacé par Cary Fukunaga et le film, dernier dans lequel Daniel Craig aura le fameux permis de tuer, doit sortir en avril 2020.