Le rappeur Kaaris se dit «prêt» à affronter Booba sur un ring

RAP Le rappeur a expliqué au « Parisien » qu’il irait « jusqu’au bout »…

C.W.

— 

Le rappeur Kaaris.
Le rappeur Kaaris. — PJB/SIPA

Kaaris ne reculera pas devant celui qu’il qualifie de « gosse de riches à qui on n’a jamais dit non ». Dans une interview accordée au Parisien, le rappeur s’est dit prêt à « aller jusqu’au bout » et « prêt » à affronter Booba. « Je vais lui proposer un vrai contrat, avec 1 million d’euros à la clé. On est en train de le faire, il va le recevoir », a-t-il précisé.

« C’est un démon qu’il faut éteindre, mais je ne sais pas comment faire »

Si Kaaris se rendra donc sur un ring, pour lui cette histoire renvoie « une très mauvaise image ». « Ce qui s’est passé à l’aéroport d’Orly est très grave, je regrette tout ça, mais j’ai dû me défendre. Il a raté son coup à Orly et cela le traumatise. Alors, il a lancé cette histoire de combat. Il avait dit au tribunal qu’il voulait “enterrer la hache de guerre” et voilà qu’il propose la guerre. Oui, un combat, c’est la guerre. Où est la logique là-dedans ? », s’interroge le rappeur. Toutefois, il ne se voit pas refuser la proposition : « Je suis un garçon, je ne peux pas dire non », explique-t-il.

Enfin, le rappeur revient sur la relation compliquée qu’il entretient avec Booba, qui fut un temps son mentor, et est désormais son meilleur ennemi. « Cela m’a permis d’être connu, mais ce n’est pas une raison pour dire amen à tout et pour lui appartenir. Je n’ai jamais signé dans son label, je n’ai jamais été son artiste et il ne m’a jamais donné un euro. Mais il voulait que je le soutienne dans ses histoires de clashs avec d’autres rappeurs, il voulait que j’attaque ses ennemis. Je lui ai dit non, car dans le rap, je n’ai aucun ennemi. Et depuis, il s’est juré d’avoir ma peau. Le problème, c’est lui. Le mec est obnubilé par moi, il fait une fixette sur moi (…) Cela en devient malsain et je me pose vraiment des questions sur son état mental. Je me demande s’il n’est pas fou. C’est un démon qu’il faut éteindre, mais je ne sais pas comment faire. » En refusant tout simplement le combat, peut-être ?