Sophie Vouzelaud révèle avoir été moquée par des miss sur sa surdité

DISCRIMINATION La première dauphine de Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, a également rappelé avoir récolté plus de votes du public que la gagnante…

C.W.

— 

Sophie Vouzelaud, première dauphine de Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007.
Sophie Vouzelaud, première dauphine de Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007. — HENRI COLLOT/SIPA

La bienveillance n’est visiblement pas le critère principal pour prétendre au titre de miss. Dans une interview accordée au blogueur Sam Zirah, Sophie Vouzelaud, première dauphine de Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, a révélé avoir été victime de moqueries de la part de certaines miss pendant le concours. De même, elle a également rappelé avoir récolté plus de votes du public que la gagnante.

Lorsque Sam Zirah qualifie « d’audacieuse » sa participation à Miss France, Sophie Vouzelaud répond surtout que c’était « compliqué ». « C’était très dur pour moi parce que j’étais toute seule, j’étais la seule sourde avec les autres miss… Elles se sont moquées de moi car ma voix n’est pas comme les autres », explique-t-elle.

« Ils pensaient peut-être que je n’étais pas capable »

Des moqueries, mais aussi un sérieux manque d’humanité pour certaines, comme la miss qui a partagé sa chambre lors du voyage avant l’élection. « Je lui ai demandé si c’était possible de me réveiller le matin », révèle-t-elle, précisant ne pas entendre le réveil à cause de sa surdité. La réponse de sa camarade de chambre ? « Débrouille-toi ». « Ça fait mal, ça m’a donné envie de pleurer », explique la jeune femme.

Au cours de cet entretien très touchant, Sam Zirah a également rappelé que Sophie Vouzelaud avait récolté bien plus de votes du public que Rachel Legrain-Trapani. Or, cette année, comme le rappelle Voici, l’avis du jury comptait pour 65 % du vote, et les jurés ont penché pour Rachel Legrain-Trapani. Un sentiment d’injustice pour la première dauphine ? « Ça m’a touchée que les gens votent pour moi, ils avaient confiance, ils n’avaient pas peur de ma surdité (…) Mais pourquoi on m’a mis en deuxième place ? C’est ça que je n’ai pas trop compris. Et puis il y a une femme, du comité Miss France, qui m’a dit que c’était pour "me protéger". Mais me protéger de quoi ? », s’est-elle alors interrogée. Peut-être que c’était une excuse ou peut-être qu’ils avaient peur de moi. Ils n’avaient pas confiance en moi par rapport à ma surdité, ils pensaient peut-être que je n’étais pas capable », estime-t-elle.