Le réalisateur de «Green Book» s’excuse pour son comportement déplacé sur les tournages

EXHIBITIONNISME Peter Farrelly avait l’habitude de montrer ses attributs à ses équipes de tournage…

20 Minutes avec agences

— 

Le réalisateur Peter Farrelly
Le réalisateur Peter Farrelly — WENN

Peter Farrelly a présenté ses excuses pour son comportement passé. A la suite du succès de Green Book, qui a remporté trois Golden Globes dimanche dernier, un article de Newsweek datant de 1998 a refait surface dans The Cut. Il y est question du « jeu » que le réalisateur avait instauré sur les tournages qu’il dirigeait et qui consistait à montrer son pénis aux membres de l’équipe de tournage et aux comédiens.

« C’est vrai. J’étais un idiot. J’ai fait ça il y a des décennies et je me trouvais drôle à l’époque, mais la vérité, c’est que je suis très gêné par tout ça et que ça me fait grincer des dents. Je suis profondément désolé », a-t-il déclaré dans un communiqué relayé par la BBC.

Le « génie créatif »

Peter Farrelly avait mis au point un piège avec son frère Bobby pour que les personnes choisies n’aient d’autre choix que de voir ses attributs. L’une de leurs victimes n’est autre que Cameron Diaz, qui a notamment tourné Mary à tout prix avec les frères réalisateurs.

Elle l’avait d’ailleurs évoqué dans l’article de Newsweek. « Quand un réalisateur vous montre son pénis à la première rencontre, vous ne pouvez que reconnaître le génie créatif », avait-elle déclaré.