VIDEO. La procureure de l’Illinois demande aux victimes de R. Kelly de témoigner

VIOL Son appel fait suite à la diffusion la semaine dernière d'un documentaire sur le chanteur de R&B…

20 Minutes avec agences
— 
Le chanteur R. Kelly
Le chanteur R. Kelly — WENN

La diffusion du documentaire Survivng R. Kelly a relancé la machine judiciaire à l’encontre du chanteur de R&B. Dans les six épisodes diffusés la semaine dernière par la chaîne Lifetime aux Etats-Unis, plusieurs femmes et proches de l’artiste l’accusent d’avoir eu des rapports sexuels avec des mineures et de les avoir manipulées afin de les embrigader dans une sorte de secte sexuelle à sa gloire.

Si l’interprète de I Believe I Can Fly dément en bloc les accusations, la procureure de l’Illinois, où certains de ces faits se seraient passés, a demandé aux victimes de se faire connaître auprès de son bureau.

« Je suis ici aujourd'hui pour encourager les victimes d'agression sexuelle ou de violence domestique en relation avec ces allégations à prendre contact avec notre bureau. S'il vous plaît, contactez-nous. (…) Nous ne pouvons rien faire en ce qui concerne ces allégations sans la coopération de ces victimes », a demandé Kim Foxx lors d’une conférence de presse organisée mardi.

Rien à se reprocher

La démarche de la procureure a fortement déplu à l’avocat de R. Kelly, Maître Steve Greenberg. Il l’a accusée de faire le travail d’un « avocat de l’accusation ». « Les gens savent que s'ils sont victimes d'un crime, ils doivent contacter la police... Personne n'a dit avoir été victime d'attouchements de la part de M. Kelly, car personne ne l'a été », a-t-il déclaré au Chicago Tribune.

En Géorgie, où R. Kelly possède également une résidence, plusieurs médias locaux ont rapporté que le bureau du procureur du comté de Fulton, dont dépend la ville d'Atlanta, avait ouvert une enquête sur l'artiste. Contacté par l'AFP, un porte-parole s'est refusé à tout commentaire.

Pas de réaction publique du chanteur

L'avocat de la famille d'une des femmes dont le nom est évoqué dans le documentaire, Joycelyn Savage, a indiqué mardi à plusieurs médias locaux avoir été contacté par des membres du bureau du procureur au sujet de R. Kelly.

Les premières accusations publiques visant R. Kelly remontent à près de 20 ans. Le chanteur et producteur de 52 ans a été inculpé en 2002 pour avoir filmé des actes sexuels entre lui et une jeune fille de 14 ans, mais finalement acquitté en 2008. Il n'a pas réagi publiquement au contenu du documentaire depuis sa diffusion, jeudi, vendredi et samedi.