VIDEO. Sexisme: «J’aime qui je veux et je n’ai pas à répondre au tribunal du goût», se défend Yann Moix

POLEMIQUE Le polémiste est revenu sur ses propos très controversés après avoir déclaré être dans l’impossibilité d’aimer une femme de 50 ans…

JLD

— 

L'écrivain Yann Moix.
L'écrivain Yann Moix. — BALTEL/SIPA

Nouvelle année, certes, mais les polémistes eux restent les mêmes. C’est encore Yann Moix qu’on retrouve dans l’une des polémiques de ce début 2019, déjà bien chargé niveau scandales.

En cause, ses propos tenus dans Marie-Claire sur l’un de ses sujets de prédilection, les femmes : « Je vous dis la vérité. A 50 ans, je suis incapable d’aimer une femme de 50 ans. Je trouve ça trop vieux. Le corps d’une femme de 50 ans n’est pas extraordinaire du tout. »

Femmes, je vous aime (jeunes)

Des propos dont il a défendu la teneur ce lundi sur RTL : « Je ne vis pas ça comme une fierté, mais presque comme une malédiction. On n’est pas responsable de ses goûts, de ses penchants, de ses inclinations. Je ne suis pas là en train de pérorer. »

Deuxième argument de sa plaidoirie de défense, les goûts et les couleurs : « J’aime qui je veux et je n’ai pas à répondre au tribunal du goût, qui pour moi est une absence totale de goût. Ce sont des propos que je ne regrette pas, car ils ne regardent que moi. »

Des tacles plus ou moins subtils

Pas sûr que cette défense réussisse à calmer les foules. Car cette interview a fait énormément réagir, beaucoup jugeant les propos sexistes et scandaleux. La chroniqueuse Enora Malagr a dénoncé une « misogynie » honteuse.

Anne Roumanoff a elle choisi d’apprendre la vie et l’amour à l’écrivain dans sa chronique sur Europe 1 : « Une relation amoureuse, ce n’est pas seulement le physique, la fermeté des fesses, c’est cette connexion un peu magique entre deux âmes. Je vous souhaite de connaître un jour ce bonheur. »

Sur Twitter, des anonymes ont également dénoncé les propos du polémiste…

…et même un trottoir du 18e arrondissement de Paris.