Florence Foresti regrette l’époque où elle était «seins nus sur la plage»

FEMINISME Florence Foresti, en pleine promotion pour son nouveau spectacle,s’est exprimée sur #MeToo et le féminisme…

A.D.

— 

Florence Foresti, maîtresse de cérémonie des César, le 6 février 2016 à Paris
Florence Foresti, maîtresse de cérémonie des César, le 6 février 2016 à Paris — FRANCOIS GUILLOT AFP

Elle fait son grand retour. Après Madame, Florence Foresti revient avec un nouveau spectacle, Epilogue, présenté au Paradis Latin et au Zénith. En pleine promotion pour ce nouveau spectacle, dans une interview accordée à nos confrères de Paris Match, elle s’exprime sur le harcèlement des femmes et #MeToo, un sujet qu’elle aborde dans un de ses sketchs.

« On demandera toujours à une femme de parler doucement »

« Grâce à MeToo, on va peut-être cesser de demander à Micheline de mettre des collants et des minijupes », se réjouit l’humoriste. « On demandera toujours à une femme de parler doucement, d’être gentille et de ne pas réclamer d’augmentation. Et ça, ça me gonfle. L’injonction à être gentille est plus forte que l’injonction à être belle », estime aussi l’artiste.

Florence Foresti considère également que l’on régresse sur certains points. « Ce qui est triste dans tout ça, c’est que le féminisme soit obligé de revoir le jour. Je pensais que c’était de l’histoire ancienne ». Et de préciser : « Moi, j’étais seins nus sur la plage. Mais maintenant, je vois bien que ma fille ne le supporte pas. Je subis la pression de l’époque, devenue ultra-puritaine, à l’américaine. On fait des trucs inavouables dans les toilettes des lycées, mais on garde nos soutiens-gorge à la plage. C’est pathétique », conclut-elle.