Woody Allen a eu une relation secrète avec une mineure dans les années 1970

PEOPLE Aujourd'hui âgée de 59 ans, l'ex mannequin raconte en détails cette relation intime et secrète dont elle ne regrette rien...

V. J.

— 

Woody Allen, à New York, le 13 juillet 2016.
Woody Allen, à New York, le 13 juillet 2016. — SIPANY / SIPA

Entre sa fille adoptive Dylan Farrow, qui l’accuse d’agression sexuelle, et son fils Ronan Farrow, à l’origine de l’affaire Weinstein, Woody Allen est au coeur des polémiques et du mouvement de libération de la parole des femmes. Et le magazine américain The Hollywood Reporter rapporte un nouveau témoignage, qui ne devrait pas arranger l’image du cinéaste. Ancien mannequin, Christina Engelhardt était âgée de 16 ans lorsque en 1976, elle a commencé une relation secrète avec Woody Allen, alors âgé de 41 ans.

C’est elle qui lui laisse d’abord son numéro de téléphone dans un restaurant. Il l’invite ensuite dans son appartement de la Cinquième avenue à New York et tous deux commencent alors une relation intime et secrète de presque dix ans. Il ne lui demande pas son âge, mais elle lui dit qu’elle est lycéenne.

Aujourd’hui âgée de 59 ans et après la révolution #MeToo, Christina Engelhardt garde un souvenir moins mélancolique et plus inconfortable de cette relation. Même si elle se défend d’attaquer le cinéaste : « J’ai pensé qu’en parlant, je pouvais offrir une perspective. Il ne s’agit pas de cruxifier l’homme. Je parle juste de mon histoire d’amour, qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui. Je n’ai aucun regret. »

Un ménage à trois avec Mia Farrow

Dans le long article du Hollywood Reporter, l’ex top model raconte aussi comment au bout d’un an, Woody Allen l’a amenée à faire des plans à trois avec d’autres femmes, puis comment un jour, il lui a présenté sa « petite amie » Mia Farrow. Alors qu’elle croyait être LA petite amie. S’ensuit un étrange ménage à trois qu’elle apprend à apprécier sur le moment mais dont elle ne comprend la vraie nature que plus tard : « Tout n’était qu’un jeu mené uniquement par Woody, nous ne savions jamais vraiment où nous en étions. »

Enfin, Christina Engelhardt dit avoir pleuré devant le film Manhattan, dont l’histoire fait plus qu’écho à leur relation : « Comment a-t-il pu voir dans notre relation une simple aventure ? Comment a-t-il pu jouer avec ma personnalité et notre vie comme s’il s’agissait d’une fiction à destination d’une maison d’artistes ? »