Miss France 2019: Derrière les candidates, des chaperons pour répondre aux petits tracas du quotidien

SOUTIEN Pendant la préparation et le règne, les chaperons des miss sont l'un des maillons-clé du quotidien des jeunes filles...

Claire Barrois

— 

Olivier, l'un des deux chaperons qui accompagnent les miss durant toute leur préparation.
Olivier, l'un des deux chaperons qui accompagnent les miss durant toute leur préparation. — Laurent VU/SIPA
  • Durant leur préparation pour Miss France, les candidates sont entourées par des chaperons.
  • Ils sont deux à les encadrer au quotidien pour leur bien-être. 
  • «20 Minutes» a voulu savoir en quoi consistait exactement leur rôle.

« Réunion*, vous croyez vraiment que c’est une bonne idée de manger des beignets le soir ? » Durant leur mois de préparation avant l’élection de Miss France 2019, le 15 décembre à 21h au Zénith de Lille (et en direct sur TF1​), les trente prétendantes à la couronne, sont suivies de près par deux chaperons. Leur rôle, les surveiller, mais surtout les accompagner et leur permettre de vivre cette période stressante au mieux.

« Nous encadrons le groupe, gérons la coordination entre la production, le stylisme, le maquillage et la coiffure…, explique Olivier Noël, chaperon pour sa onzième année. Nous sommes les référents sur ce qu’elles doivent faire et sommes là pour répondre à leurs moindres besoins. » Quel genre de problèmes ? Le manque de la famille, le besoin d’acheter des protections hygiéniques ou des choses très personnelles.

Conseils, écoute et bonne distance

« Celles qui ressentent un manque, on leur donne de petites astuces, on essaie de les rassurer, on leur conseille de trouver une bonne copine, raconte Olivier Noël. Déjà, trouver une oreille, une écoute c’est bien. Mais on ne s’immisce pas dans leur vie privée, intime. » D’ailleurs, les chaperons font bien attention à garder leurs distances avec les candidates.

« Il y a trente filles, le cadre doit être le même pour tout le monde, rappelle le chaperon. Je vouvoie les candidates, ce ne sont pas mes copines. On leur fait créer des cris de guerre pour les booster. » Et en dehors du moral, les chaperons doivent aussi aider les jeunes filles à garder le physique avec lequel elles ont été élues, malgré leurs changements d’habitudes.

Garder son poids de forme

« Au début du mois de préparation, nous leur disons : "Vous avez été élues avec un poids de forme, les gens doivent vous retrouver comme ça le soir du prime", reconnaît Olivier Noël. On regarde leurs assiettes, mais on ne les flique pas. Si nous avons une réflexion à leur faire, c’est plutôt au buffet, avant qu’elles se servent. » S’il surveille les miss, ne comptez pas sur leur chaperon pour vous donner le nom de la future gagnante.

« Je ne cherche jamais à savoir qui va gagner parce que je veux l’équité, confie Olivier Noël. Il y en a deux que j’avais repérées, sans le vouloir. Camille Cerf, qui était une évidence pour tout le monde, et Malika Ménard. Elle bavardait quand je donnais une consigne. Je lui ai dit : "Mademoiselle, quand je parle on se tait et on écoute." Elle avait une mèche devant les yeux et quand elle a relevé la tête, je me suis dit : "c’est elle". »

Famille et consolation au prime

Après le voyage à l’Ile Maurice, durant lequel les candidates sont entourées par les équipes de la production et de l’organisation Miss France, les candidates sont parties à Lille mercredi pour entamer les répétitions des chorégraphies pour le prime. Les chaperons sont alors encore plus proches d’elles. « Nous devenons une petite famille, nous dormons dans des chambres d’hôtel à proximité », rappelle Olivier Noël.

Le soir de l’élection, celui qui a également la casquette de responsable commercial de Miss France reçoit les partenaires, les invités, et organise le cocktail qui suit la soirée. Mais en coulisses, il « console celles qui ne sont pas sélectionnées dans les douze. Il faut être là pour elles, et même si on ne peut pas faire grand-chose, après un mois passé ensemble, on les connaît bien. » Et après ? Place à Miss France.

Un accompagnement au quotidien

« Une fois Miss France élue, notre relation change, explique Olivier Noël. On se tutoie, on est proches parce qu’on passe un an ensemble. Je l’accompagne sur ses prestations et je gère l’appartement que l’organisation met à sa disposition. » Un changement de situation qui fait écrire à Iris Mittenaere, Miss France 2016, dans son livre Toujours y croire, qu’il était « Dark Vador » pendant la préparation, avant de découvrir qu’il était « un homme adorable et dévoué sur qui je vais pouvoir compter à chaque instant ».

* Dans l’intimité, les Miss et leur entourage ont l’habitude s’appeler par le nom de leur région.