Héritage de Johnny Hallyday: La justice se penche ce mardi sur les royalties du chanteur

FEUILLETON Ce mardi matin, le tribunal de grande instance de Paris étudiera la demande de gel d’une partie des royalties liées aux albums de la star…

20 Minutes avec AFP

— 

Laura Smet et David Hallyday lors de l'hommage rendu à Johnny Hallyday à la Madeleine, le 9 décembre 2018.
Laura Smet et David Hallyday lors de l'hommage rendu à Johnny Hallyday à la Madeleine, le 9 décembre 2018. — ludovic MARIN / POOL / AFP

Succession de Johnny Hallyday, suite (mais pas encore fin, loin de là). La justice se penchera ce mardi sur la demande de gel d'une partie des royalties liées aux albums du chanteur dont Mon pays c’est l’amour, son opus posthume qui s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires.

Les deux aînés du rockeur, Laura Smet et David Hallyday demandent la suspension du versement de 75% des revenus découlant des ventes de disques de leur père désormais versés à sa veuve, Laeticia. Ils ont déjà obtenu dans une autre procédure le gel des droits d'auteur - les revenus tirés de la diffusion des titres du chanteur - et des propriétés françaises du musicien.

 

La décision devrait être mise en délibéré

Trois maisons de disques - Warner, Universal et Sony - sont concernées par l'audience de ce mardi matin devant le juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Paris, à l'issue de laquelle la décision devrait être mise en délibéré.

David Hallyday et Laura Smet contestent le testament de leur père, qui a légué sa fortune à Laeticia.

Le testament contesté de la star, décédée l’an passé, implique la création en Californie d'un «trust» - une structure juridique permettant de regrouper des actifs - baptisé «JPS Trust». Bank of America, le gérant de cette structure, a officiellement demandé en juillet à un tribunal de Los Angeles le transfert dans son giron d'une partie du patrimoine américain de Johnny: royalties, Harley-Davidson et voitures de luxe.

C'est en réaction à cette demande que les aînés ont engagé, en septembre, la procédure pour bloquer des royalties, indique une source proche du dossier, précisant que le montant de 75% correspondait à la part devant revenir aux quatre enfants du chanteur si le droit français était appliqué - le conjoint se voyant octroyer 25%.