Jamie Lee Curtis révèle avoir été accro aux opiacés

ADDICTION La star de «Halloween» a menti à tout le monde pendant 10 ans…

20 Minutes avec agences

— 

Jamie Lee Curtis au Comic-Con de San Diego le 23 juillet 16
Jamie Lee Curtis au Comic-Con de San Diego le 23 juillet 16 — Wenn

Comme des nombreux américains dépendants aux opiacés, Jamie Lee Curtis souffre de cette addiction. Comme elle l’a confié à People, son addiction a duré dix longues années. Tout a commencé en 1989, lorsque les médecins lui ont prescrit un antidouleur après une opération bénigne de chirurgie esthétique pour ses « yeux bouffis ».

« J’étais à la pointe de l’épidémie d’opiacés, bien avant tout le monde. Ça a duré dix ans, à voler, à fomenter des plans. Personne ne savait. Personne », confie-t-elle.

Un mal familial

C’est sa sœur, Kelly, à qui elle subtilisait des pilules, qui a fini par s’en apercevoir en 1998. En février 1999, Jamie Lee Curtis est partie en cure de désintoxication et a révélé à son entourage le mal dont elle souffrait.

« J’ai brisé le cercle qui a plus ou moins détruit les vies de générations dans ma famille. Être sobre et le rester est mon plus grand accomplissement. Plus grand que mon mari, que mes enfants, ou que mon travail. Plus grand que tout », ajoute celle qui est sobre depuis 20 ans maintenant. Son demi-frère, Nicholas, est mort à 23 ans d’une overdose d’héroïne en 1994. Tony Curtis, le père de Jamie Lee, a lutté lui aussi contre ses addictions, à la cocaïne et à l’alcool notamment.