«Il était temps que je défusionne avec mon amoureux», révèle Raquel Garrido

CONFIDENCES Dans une interview accordée à «Closer», la chroniqueuse s’est confiée sur son couple avec Alexis Corbière…

C.W.

— 

L'avocate et chroniqueuse Raquel Garrido.
L'avocate et chroniqueuse Raquel Garrido. — IBO/SIPA

Raquel Garrido se confie sur son couple avec Alexis Corbière. En promo pour son livre Manuel de guérilla médiatique, l’ex porte-parole de La France insoumise a expliqué à Closer les bienfaits de son retrait politique pour sa vie de couple. Elle est également revenue sur les départs des Terriens du dimanche de ses deux anciens camarades  Jeremstar et Hapsatou Sy.

« A 44 ans, il était temps que je défusionne avec mon amoureux »

Pour Raquel Garrido, son retrait de La France insoumise pour se consacrer à son activité de chroniqueuse télé a facilité les choses avec son compagnon. « Nous avons commencé une nouvelle séquence, explique-t-elle. Nous ne sommes plus dans la même temporalité : Alexis est dans le quotidien de la vie politique, je suis passée à un rythme hebdomadaire. Ça nous a désynchronisés, ce n’est pas facile à accepter. Mais, à 44 ans, il était temps que je défusionne avec mon amoureux ! (Rires) »

« L’émission n’est pas la même sans Hapsatou »

La chroniqueuse s’est exprimée également sur les départs de deux anciens camarades des Terriens du dimanche. « Tout d’abord, est-ce que je dois vous appeler Corinne ? » lui demande Closer, faisant référence aux propos d'Eric Zemmour à l'encontre d'Hapsatou Sy en septembre. « Il vaut mieux en rire, n’est-ce pas ? En même temps, c’est très sérieux, car l’effet de déflagration est avéré, répond la chroniqueuse. Eric Zemmour veut désagréger la société française et il a réussi à le faire avec notre propre équipe. L’émission n’est plus la même sans Hapsatou, c’est une évidence ! » Pour Raquel Garrido, le départ de la chroniqueuse ne semble pas forcément lié à la réaction de Thierry Ardisson lors de la polémique. « Il ne faut pas regarder cette affaire par le petit bout de la lorgnette, sous peine de rendre service à Zemmour. Le vrai problème, c’est que 20 % des électeurs sont à peu près d’accord avec ses idées. On a fait notre travail à l’émission, dans notre contrainte de temps. »

Enfin, la chroniqueuse est également revenue sur l’éviction de Jeremstar, dont elle était proche. « La régie publicitaire a considéré qu’il y avait des risques d’image, explique-t-elle. On peut le comprendre sur le plan économique, mais ça reste profondément injuste. Je suis très solidaire avec Jérémy, ce qui lui est arrivé est d’une extrême violence. Il n’a même pas été entendu et il n’y a rien dans ce dossier. Heureusement, il a beaucoup de talent, et a même doublé son audience depuis le scandale. »