Miss Nord-Pas-de-Calais: 2.500 spectateurs, des hurlements et des belles robes parmi les fans

AMBIANCE Les Nordistes ont montré leur attachement aux miss en venant en nombre soutenir leurs miss pour l'élection de leur représentante à Miss France...

Claire Barrois

— 

Les gens étaient venus nombreux samedi soir à Orchies (Nord) pour l'élection de Miss Nord-Pas-de-Calais.
Les gens étaient venus nombreux samedi soir à Orchies (Nord) pour l'élection de Miss Nord-Pas-de-Calais. — L. Chamussy / Sipa

Miss Bassin Minier, Miss Vallée de la Deûle, Miss Flandre ou Opale Sud… Les noms des candidates pour être élue représentante du Nord-Pas-de-Calais fleuraient bon le terroir, samedi soir, à Orchies (Nord). Et c’était ce que les 2.500 spectateurs étaient venus chercher dans la Davo Pévèle Arena. Car ce terroir est le terreau de trois des quatre dernières Miss France et ne compte pas s’arrêter là.

Panneaux, pancartes, tee-shirts à l’effigie des miss. La plupart des spectateurs étaient mobilisés pour l’une des dix-neuf candidates à la couronne régionale. Parmi eux, beaucoup d’anciennes miss ou de concurrentes déçues des petites élections venues soutenir une amie, la famille des miss, ou des fans du concept ayant sorti tenue et coiffure de soirée pour l’occasion. Et à Miss France, on en profite.

« C’est ici que vous êtes les plus nombreux »

« On a fait le tour des régions de France, et c’est ici que vous êtes les plus nombreux », s’est félicitée Maëva Coucke. Miss France 2018 était heureuse de revenir dans la salle dans laquelle elle a été élue Miss Nord-Pas-de-Calais l’année dernière et de pouvoir remercier le public qui lui a permis d’accéder à la plus haute marche du podium français en votant en nombre. Il le lui rend bien, en faisant une standing-ovation à l’arrivée de la rousse et en poussant des hurlements de joie. Il y avait même une corne de brume, vite sommée d’arrêter d’émettre. « On n’est pas dans une compétition sportive ici », a commenté le présentateur.

Quant aux discours des miss, globalement, les jeunes femmes ont misé sur la fibre régionale à coups de grands-pères mineurs de fond, carnavals, chicorée, maroilles, dentelle de calais ou encore… Dany Boon. De quoi ravir la salle qui se reconnaît dans une culture commune. Et c’est important de convaincre le public, parce que son vote compte pour moitié dans le verdict final.

« Le public ne se trompe jamais »

On les chouchoute, ces 2.500 spectateurs. Longue séance de dédicace de Maëva Coucke, petites flatteries tout au long de l’élection de la part du comité Miss Nord-Pas-de-Calais… La miss élue est arrivée à la fois « en tête des votes du public et de ceux du jury, se félicite le président du comité Miss Nord-Pas-de-Calais. C’est une très bonne chose pour Miss France, parce que le public ne se trompe jamais. » Mais avant d’annoncer son nom, le jury remet une série de prix aux participantes, histoire de permettre une dernière fois à leurs supporters de donner de la voix.

Prix de la sympathie, décidé par les miss, prix spécial du jury « pour une fille particulièrement méritante », prix d’éloquence, prix de la photogénie, prix d’élégance et prix du mérite artistique. Elles ne sont pas nombreuses à repartir les mains vides. Viennent ensuite les quatre dauphines et la miss, Annabelle Varane, longuement acclamée par le public. « Après la blonde, la brune et la rousse, le Nord-Pas-de-Calais peut remporter Miss France avec une métisse, remarque Maëva Coucke. Je suis ravie de l’élection d’Annabelle. On montre à la France que, dans la région, on a toutes sortes de très belles filles. »