L'actrice Emma Watson
L'actrice Emma Watson — WENN

AVORTEMENT

Emma Watson rend hommage à une femme morte faute d’avoir pu avorter

Le Dr. Savita Halappanavar est décédée en 2012 des suites d’une fausse couche septique, l’avortement étant interdit en Irlande…

Emma Watson s’est souvenue, dans une émouvante lettre ouverte publiée par Porter, du Dr. Savita Halappanavar. Cette dentiste est décédée en 2012 à l’âge de 31 ans des suites d’une fausse couche septique, dans un hôpital de Galway. Elle aurait pu être sauvée si les médecins avaient pratiqué un avortement, mais la Constitution Irlandaise l’interdit.

Six ans après son décès qui a choqué une grande partie de l’opinion publique, un référendum s’est tenu en Irlande pour révoquer le 8e amendement qui interdit l’avortement et le « oui » l’a remporté. « Vous ne vouliez pas incarner un mouvement, vous vouliez une procédure qui vous aurait sauvé la vie », rappelle la star d’Harry Potter dans sa lettre.

Toujours pas gagné

« Que le 8e amendement permette de donner plus de valeur à un fœtus non né qu’à une femme en vie a été un électrochoc pour notre nation. Pour vous, et pour toutes celles qui ont été forcées à voyager au Royaume-Uni pour avoir un accès sécurisé et légal à l’avortement, la justice a été difficile à gagner », ajoute-t-elle.

Seulement, comme elle le note, la bataille n’est pas encore finie. « De l’Argentine à la Pologne, les lois restrictives sur l’avortement punissent et mettent en danger les filles, les femmes et les femmes enceintes », rappelle Emma Watson. En Irlande, les choses avancent petit à petit. Le président Michael D. Higgins a entériné le résultat du référendum le 18 septembre et le Ministre de la Santé Simon Harris a annoncé que l ’avortement serait gratuit. Reste encore à la loi d’être instaurée.