Anglais et sport: Le programme chargé de Maëva Coucke pour Miss Monde

PREPARATION Miss France 2018 travaille dur pour aller affronter les plus belles femmes du monde et rapporter la couronne de Miss Monde le 8 décembre...

Claire Barrois

— 

 Iris Mittenaere, Miss Univers 2017 et Maeva Coucke, Miss France 2018, qui va tenter de remporter le titre de Miss Monde.
Iris Mittenaere, Miss Univers 2017 et Maeva Coucke, Miss France 2018, qui va tenter de remporter le titre de Miss Monde. — DAVID NIVIERE/SIPA

Le compte à rebours a commencé, et Maëva Coucke a désormais un seul objectif : Miss Monde. Miss France 2018 a lancé, cette semaine, son entraînement sportif pour tenter d’écraser la concurrence, le 8 décembre, à Sanya, en Chine. Et la jeune femme est déterminée à se donner à fond pour « faire un beau classement ». Nous l’avons suivie à la salle de sport pour voir ses objectifs et son programme.

Maëva Coucke en train de renforcer ses bras à la salle de sport.
Maëva Coucke en train de renforcer ses bras à la salle de sport. - Capture d'écran / Maëva Coucke / Instagram

Ça va en dégoûter plus d’une, mais le problème de Maëva Coucke, c’est de prendre du poids. « Tout le monde croit que je n’avale que des salades, mais je ne mange que des burgers et des frites, et je ne grossis jamais, confie Miss France 2018 à René, son coach. J’ai déjà essayé, mais je n’ai jamais réussi. J’aimerais avoir des fesses plus toniques, rebondies. Avoir plus de formes et dessiner mes jambes. » Pas de problème pour René, qui concocte un circuit training pour que Maëva ait des jambes à se damner dans deux mois en Chine.

Elément clé : la posture

Mais les jambes et les formes, ça ne fait pas tout. « On va beaucoup travailler les bras, le dos et les épaules pour la posture », explique René. Objectif ? Mettre en valeur la poitrine en ouvrant le thorax et grâce à un joli port de tête. Pas besoin de travailler les pectoraux. Pour avoir un joli galbe, il suffit de se tenir droite. Et l’attitude, l’énergie, ça peut faire gagner une élection, donc hors de question de la négliger.

Au niveau des muscles à proprement parler, « à défaut de venir à la salle, il faudrait trouver du temps pour soi, même une demi-heure par jour, ce serait déjà pas mal pour travailler le ventre et les fessiers, plaide René. Dans les salles, on a du matériel qui peut accélérer les choses, donc ce serait mieux. Mais en deux mois de préparation, on peut faire pas mal de choses. » Entendez : réaliser les rêves de Maëva.

L’essentiel : la sécurité

C’est parti pour un circuit à blanc. René veut juste montrer à Miss France ce dont elle est capable. Et la jeune femme est impressionnante : après une série de dix mouvements pour travailler les cuisses à 7 kg, le coach lui ajoute des poids, pour trouver ce qui lui convient le mieux. Ce sera 20 kg. « L’essentiel, aujourd’hui, c’est la sécurité, pas la performance. Je ne veux pas qu’elle se fasse mal, juste qu’elle travaille bien ses abdos-fessiers et ça se verra. »

« Je montre à Maëva ce dont elle est capable, elle prend confiance, analyse René. C’est comme pour les concours, elle a gagné Miss Nord-Pas-de-Calais, puis Miss France… Elle peut y arriver pour Miss Monde. » Et effectivement, la miss part confiante : « Je ne me dis pas que je vais gagner, mais je souhaite au moins faire un beau classement. Beaucoup de bookmakers me placent en favorite, les gens me disent que je vais gagner. Ça me fait plaisir mais je n’y prête pas plus attention que ça. Je vise un Top 5, et je sais que c’est faisable parce que d’autres Françaises l’ont fait avant moi. » En tout cas, elle s’en donne les moyens.