VIDEO. «Je voudrais être Benalla ou moine pédophile»... Booba tweete en prison

WEB Un message posté ce mardi sur le compte Twitter du rappeur, actuellement incarcéré à Fleury-Mérogis, dénonce de manière provocatrice le deux poids, deux mesures, dont il s’estime faire l’objet…

F.R. avec AFP

— 

Tweet posté sur le compte de Booba, le 21 août 2018.
Tweet posté sur le compte de Booba, le 21 août 2018. — Capture d'écran Twitter

Booba saura ce jeudi si la cour d’appel de Paris acceptera sa demande de placement sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès fixé au 6 septembre. En attendant, le rappeur ne met pas forcément toutes les chances de son côté pour recouvrer sa liberté.

« Quand je serai grand, je voudrais être Benalla ou moine pédophile. 10 ans pour une bagarre, c’est avec ou sans le streaming ? », a-t-il ironisé ce mardi matin sur Twitter - si tant est qu'il soit effectivement l'auteur du tweet - en ponctuant son message du hashtag « Une époque formidable ». Une publication à la dimension d’autant plus provocatrice qu’étant détenu, il n’est pas censé avoir eu les moyens de tweeter…

«Booba a désormais accès à la cabine téléphonique de Fleury-Mérogis», où il est emprisonné, a expliqué à l'AFP son avocat Me Yann Le Bras. «Il a été en contact avec sa manager, qui a accès à son compte Twitter. Ensemble, ils ont fait ce texte», qu'elle a posté. Le tweet, publié alors que Booba et Kaaris avaient contesté la veille leur détention devant la cour d'appel de Paris, est «humoristique, décalé, mais aussi un peu percutant», a estimé Me Yann Le Bras.

Il encourt jusqu'à dix ans de prison

Le rappeur, incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis la rixe qui l’a opposé à Kaaris, le 1er août à l’aéroport d’Orly, fait ici référence à l’affaire Benalla et au récent scandale des prêtres pédophiles qui a éclaté aux Etats-Unis pour dénoncer le deux poids, deux mesures dont il ferait l’objet. Alors qu’il sera jugé pour violences aggravées et vols en réunion avec destruction dans un lieu d'accès aux transports collectifs, il encourt une peine pouvant aller jusqu'à dix ans de prison.

Le 1er août, Booba et Kaaris, et leurs entourages respectifs se sont violemment battus au Hall 1 d’Orly Ouest, occasionnant une fermeture temporaire du terminal et des retards dans les vols au départ et à l’arrivée.

Si les téléphones portables sont interdits dans les prisons françaises, des photos et vidéos de la détention de Booba et Kaaris (qui est, lui, incarcéré à Fresnes) sont apparues sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Par ailleurs, ce mardi, la Direction de l’administration pénitentiaire à annoncé que plus de 40.000 téléphones et accessoires (chargeurs, cartes SIM...) ont été saisis dans les prisons françaises l’an passé. Un chiffre en hausse constante depuis dix ans.