Laverne Cox est indignée par le traitement des transgenres par la police

TRANSIDENTITE Laverne Cox s'est indignée d'un rapport révélant comment la police américaine bafoue l'identité des personnes transsexuelles...

20 Minutes avec agences

— 

L'actrice Laverne Cox
L'actrice Laverne Cox — WENN

Laverne Cox​ a réagi sur Instagram à un rapport de ProPublica mettant en avant le traitement des personnes transgenres par la police dans les enquêtes policières, en particulier dans les enquêtes pour "meurtres".

Many years ago when I was contemplating suicide, I was planning to have a note in my pocket at the time of my death and several other notes in my home which would state my name, preferred gender pronouns and that I should be referred to as a woman in my death. My note would be clear that I should not be referred to as Laverne Cox only not any other name.  Being misgendered and deadnamed  in my death felt like it would be the ultimate insult to the psychological and emotional injuries I was experiencing daily as a black trans woman in New York City, the injuries  that made me want to take my own life. I used to share a lot more on social media about the murders of trans folks. I don't as much now because its retraumatizing for me to constantly live in this space of death, murder and the injustices that lead to these deaths. As I read this report from ProPublica I sobbed  and wept for all the trans people who have been murdered and those experiencing direct, cultural and structural violence. I wept because I haven't been allowing  myself to. I wept for all of the violence I have experienced in my own life. I am angered, saddened and enraged that the police in Jacksonville, Florida and other jurisdictions don't have policies in place to respect the gender identities of  trans folks when they have been MURDERED.  This misgendering and deadnaming also impedes the investigations into these  murders. Injustice on top of injustice! I have been saying for years that misgendering a trans person is an act of violence. When I say that I am referring to cultural and structural violence.  The police misgendering and deadnaming trans murder victims as a matter of policy feels like a really good example of that cultural and structural violence.  Thank you ProPublica for this in depth report on this issue. Please read and share and join with local trans organizations demanding that police do better on this issue and many others. Link in bio and here: https://www.propublica.org/article/deadnamed-transgender-black-women-murders-jacksonville-police-investigation/amp?__twitter_impression=true

A post shared by laverne cox (@lavernecox) on

Comme le rapporte People Magazine, l'actrice d'Orange is the new black a expliqué les effets que voir son ancien nom ou son ancien sexe utilisé par la police peut avoir sur l’état psychologique d’une personne transgenre en détresse : « Qu’on m’assigne le mauvais genre ou qu’on se réfère à moi par mon ancien nom était comme une insulte ultime aux blessures psychologiques et émotionnelles que je subissais quotidiennement en tant que femme transgenre noire à New York, ces blessures qui me donnaient envie de me suicider. »

Les choses doivent s’améliorer pour les personnes transgenres

La star d’Orange is the new black s’est dite « attristée et furieuse » de constater que même dans la mort, l’identité des personnes transgenres n’était pas respectée par la police. Le rapport suggérait en effet que dans 74 des 85 cas étudiés, la police ne tenait pas compte du nouveau genre des victimes et qu’elle utilisait le terme « travestis » pour se référer à elles.

« Cela fait des années que je dis que le fait d’utiliser le mauvais genre pour une personne trans est un acte de violence. Je suis en colère, attristée et furieuse que la police de Jacksonville, en Floride, et d’autres juridictions n’aient pas de politique en place pour respecter l’identité de genre des personnes transgenres lorsqu’elles ont été ASSASSINÉES. Cette utilisation du mauvais genre et de l’ancien nom fait également obstacle aux enquêtes sur ces meurtres. Une injustice qui s’ajoute à une autre ! »