Laverne Cox est indignée par le traitement des transgenres par la police

TRANSIDENTITE Laverne Cox s'est indignée d'un rapport révélant comment la police américaine bafoue l'identité des personnes transsexuelles...

20 Minutes avec agences
L'actrice Laverne Cox
L'actrice Laverne Cox — WENN

Laverne Cox​ a réagi sur Instagram à un rapport de ProPublica mettant en avant le traitement des personnes transgenres par la police dans les enquêtes policières, en particulier dans les enquêtes pour "meurtres".

Comme le rapporte People Magazine, l'actrice d'Orange is the new black a expliqué les effets que voir son ancien nom ou son ancien sexe utilisé par la police peut avoir sur l’état psychologique d’une personne transgenre en détresse : « Qu’on m’assigne le mauvais genre ou qu’on se réfère à moi par mon ancien nom était comme une insulte ultime aux blessures psychologiques et émotionnelles que je subissais quotidiennement en tant que femme transgenre noire à New York, ces blessures qui me donnaient envie de me suicider. »

Les choses doivent s’améliorer pour les personnes transgenres

La star d’Orange is the new black s’est dite « attristée et furieuse » de constater que même dans la mort, l’identité des personnes transgenres n’était pas respectée par la police. Le rapport suggérait en effet que dans 74 des 85 cas étudiés, la police ne tenait pas compte du nouveau genre des victimes et qu’elle utilisait le terme « travestis » pour se référer à elles.

« Cela fait des années que je dis que le fait d’utiliser le mauvais genre pour une personne trans est un acte de violence. Je suis en colère, attristée et furieuse que la police de Jacksonville, en Floride, et d’autres juridictions n’aient pas de politique en place pour respecter l’identité de genre des personnes transgenres lorsqu’elles ont été ASSASSINÉES. Cette utilisation du mauvais genre et de l’ancien nom fait également obstacle aux enquêtes sur ces meurtres. Une injustice qui s’ajoute à une autre ! »