L'ex-guitariste de Noir Désir ne veut plus entendre parler de Bertrand Cantat

MUSIQUE Le « bazar médiatique » complique sa vie privée, familiale, professionnelle…

V. J.

— 

Bertrand Cantat en concert à La Rochelle en mars 2018.
Bertrand Cantat en concert à La Rochelle en mars 2018. — XAVIER LEOTY / AFP

« On me ramène en permanence à Bertrand Cantat, et c’est lourd à supporter. J’en ai marre. » Ces mots, ce sont ceux de Serge Teyssot-Gay, l’ex-guitariste et cofondateur de Noir Désir. Comme le rapporte le JDD, il les a prononcés dans le cadre de l’enquête sur le suicide de Krisztina Rady, l’ex-femme de Bertrand Cantat, en 2010.

« Je subis une vraie intrusion des médias dans ma vie privée, professionnelle, familiale, amicale, a expliqué le musicien fin juin. Je fais une interview et on me pose une question sur Cantat ou Noir Désir, à laquelle je réponds ou pas, mais c’est quand même titré Cantat dans la presse, cela me rattache à lui que je le veuille ou non. »

« Les pro-Cantat ont rendu mon mari responsable de la fin du groupe »

Serge Teyssot-Gay ajoute qu’il a rompu tout contact avec Bertrand Cantat depuis plusieurs années, ce qui lui a valu de recevoir de nombreuses menaces, a témoigné sa femme Sophie : « Mon mari avait reçu environ 7.000 mails dont la moitié consistait en des menaces à son encontre. A partir de ce moment-là, les pro-Cantat ont rendu mon mari responsable de la disparition du groupe et sont devenus nos ennemis ».

Même si le guitariste dit avoir sorti Bertrand Cantat de sa vie, le « bazar médiatique » résonne toujours au quotidien : « Mes enfants en ont subi les conséquences indirectement, et ce jusqu’à aujourd’hui, avec ma fille aînée qui est médecin, et à qui on pose des questions liées à l’actualité autour de Cantat. »

>> A lire aussi : Le parquet classe sans suite la plainte contre Bertrand Cantat dans l'affaire du suicide de son ex-femme